Les Chevaliers d'Émeraude

Les Chevaliers d'Émeraude, troisième génération
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nouvellement reine

Aller en bas 
AuteurMessage
Élyanne

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Nouvellement reine   Dim 9 Juil - 15:29

Mon mari était parti depuis quelques mois déjà. Mon ventre s'était très bien arrondi depuis. J'avais atrocement hâte à son retour. Je ne voulais pas mettre notre enfant au monde sans qu'il soit présent. Je tentais donc de rester le plus calme possible, ne sortant que lors de grandes occasions afin d'accompagner ma belle-mère. Et puis, un soldat transportant une missive était venu, nous annonçant la mort du roi. Emerick étant l'héritier, cela faisait de moi la nouvelle reine de ce royaume qui m'avait adoptée. Je n'avais pas encore été couronnée, mon mari se devait de revenir afin de procéder à la cérémonie, mais j'étais tout de même en pouvoir. Encore une fois, afin de m'éviter du stress, j'avais laissé toutes les décisions à prendre au château à la mère de mon époux. Je ne savais pas comment régner sur un royaume. Mes parents n'avaient jamais eu l'intention de me promettre à un être de sang-royal. Cependant, le destin allait en faire autrement. Heureusement, Emerick menait les gens avec une main de fer. Je n'aurais pas grand chose à faire, tant qu'il allait être là. 


On cogna trois petits coups à la porte de mes appartements, et je me levai lentement, avant d'aller ouvrir. Un serviteur se tenait là. Il m'annonça la présence d'un invité. Je poussai un long soupir. Ces dernières nuits avaient été très épuisantes. Mon bébé bougeait tellement qu'il m'était pratiquement impossible de dormir. D'ailleurs, j'étais très souvent malade. Je détestais savoir mon époux si loin de moi. J'avais peur de perdre mon enfant. J'avais peur de ne pas être assez forte pour cela. 


Je sortis alors de la chambre, mais le serviteur me stoppa net.


- Vous devriez mettre vos habits d'apparat, Votre Majesté, s'exclama-t-il alors.


Je le foudroyai du regard, et il me laissa passer, quelque peu honteux. Je n'allais tout de même pas mettre une robe d'apparat et ainsi comprimer mon ventre. Je tenais à mon enfant. Je me fichais bien d'être dans des robes pas très riches. Je n'avais jamais été riche. La royauté de Zénor vivait plutôt comme les paysans. J'ai été élevée en portant tuniques et pantalons, bien souvent. Ici, je mettais des robes car je n'avais pas vraiment le choix. 


Je descendis alors dans le hall, où l'on servait les rafraîchissements aux invités. J'écarquillai les yeux de surprise en voyant Gwendolène et quelques soldats de la garde royale d'Émeraude. Je descendis les quelques derniers escaliers à la course, avant d'aller serrer mon amie dans mes bras. 


- Gwen ! minaudais-je en posant un doux baiser contre sa joue. 


Je ne l'avais pas vue depuis mon mariage à Emerick. Bien sûr, nous communiquions beaucoup par lettres, mais je ne lui avais pas dit que j'étais enceinte. J'avais peur que cette missive tombe entre de mauvaises mains et soit une menace pour mon bébé. Sans doute étais-je un peu trop protectrice...


Je l'éloignai de moi, souriante. Ma fatigue venait de s'évaporer d'un seul coup. Elle, elle fixait mon ventre. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendolène

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Dim 13 Aoû - 20:41

Cela faisait des mois que je voyageais. Mère avait décider de me faire exhiber dans les divers royaumes dans le but de me trouver un prétendant potable. Puisque mon grand frère s'était finalement fiancé, au grand étonnement de toute la famille, il était maintenant à mon tour de passer cette étape. 


Les hommes étaient tous si similaire, aucun n'avait retenue mon attention, mais par contre leur richesses avaient beaucoup été surveiller par ma mère, elle tenait vraiment à ce que j'aille une bonne vie au final, puisque je n'accédais pas au trône de mon père et que mon avenir était incertain. 


J'arrivai finalement au royaume de Rubis où ma bonne amie, Élyanne était désormais reine. Je n'avais pas fait annoncer mon arriver, préférant surprendre ma compagne de chambre alors que nous étions encore enfant. 


Les parents d'Élyanne avait souvent passer maintes nuit au château, à force de négocier avec mes parents. Nous nous étions rapidement lier d'amitié et trouver des points communs, la haine de ma petite soeur en était seulement un des nombreux exemples. 


Nous traversâmes rapidement le pont levis qui nous avait été abaisser à la vue des blason émérien. Nous furent accueillies à bras ouvert dans la cours et les manières se radinèrent d'autant plus lorsque je sortie du carrosse. 


—Madamme, disait doucement tous les hommes de la cours en me faisant la révérence. 


Je me dirigeai alors vers les portes du château que je franchis rapidement. Attendant dans le hall armer d'une coupe de vin du royaume, j'attendais patiemment mon amie. Je fus étonner de la voir descendre en robe de nuit avec... un énorme ventre. 


Elle écarquilla les yeux à ma vue. Subitement, elle se précipita à toute vitesse vers moi, me serrant contre elle.


— Gwen, hurla-t-elle de joie en posant ses lèvres contre ma joue. 


Nous ne nous étions pas vue depuis son mariage. Pour le moment la seule chose qui me perturbait au plus haut point était son ventre. 


Elle se recula de moi, me souriant de toute ses dents. Je me forçai de ne pas trop le fixer, me concentrant sur le visage de cette dernière.


— Je savais que les mets traditionnels argentins étaient succulent, mais Ely, tu crois pas que tu as abuser un peu, lui dis-je d'un clin d'oeil.


Je m'avançai avec elle vers le salon, afin de s'installer confortablement devant une tasse de thé qui nous fut servis. 


— Désolée de mon arrivé improviste, m'excusais-je auprès de mon amie. Je voulais te surprendre, ajoutais-je marquer d'un sourire. 


Je pris alors la main de mon amie dans la mienne. 


— Tu ne sais pas la dernière nouvelle, lui dis-je incrédule. Tristan va se marier !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Élyanne

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Dim 4 Fév - 11:40

À son expression quelque peu glaciale, je voyais bien que mon ventre l'agaçait, même si elle me fixait directement dans les yeux. Il fallait dire que le ventre bien arrondi n'était pas le pire. J'avais excessivement maigri, et mes yeux étaient ornés de cernes immenses. Mon but n'était d'inquiéter personne. Ma belle mère tentait de s'occuper que moi tant bien que mal, mais je n'étais pas capable d'avaler grand nourriture. C'était pourquoi je passais la majorité de mon temps au lit. J'étais beaucoup trop faible. Aussitôt que je sortais de ma chambre, un soldat de ma garde personnelle m'accompagnait afin de s'assurer que je ne fasse aucune chute. 


- Je savais que les mets traditionnels argentins étaient succulents, mais Ely, tu crois pas que tu en as abusé un peu ? me taquina alors ma meilleure amie. 


Je lui souris moqueusement, tandis que j'ouvrais la marche vers le petit salon dans lequel nous recevions les invités. Eliott, mon soldat-accompagnateur lors de toutes mes sorties m'aida à m'asseoir dans l'un des fauteuils, avant d'aller faire le guet à la porte. En fait, Eliott était le meilleur soldat d'Emerick. L'un de ses meilleurs amis, également. Il lui avait personnellement demandé de veiller sur moi, chose à laquelle je ne m'étais pas opposée. C'était bien avoir un ami en l'absence de mon époux. 


- Désolée de mon arrivée improviste, s'excusa alors mon amie. Je voulais te surprendre. 


Je lui souris avec tendresse, avant de prendre une bonne gorgée de thé. Je fermai les yeux de bonheur, savourant la seule chose qui voulait bien entrer dans mon estomac depuis quelques jours. Gwen glissa alors sa main dans la mienne, et je dardai de nouveau mon attention sur elle. Je ne l'avais plus vue depuis tellement longtemps, je ne voulais pas parler de ma situation, de ma maladie. Je voulais que des bonnes nouvelles. Je voulais sourire et rire. J'en avais grandement besoin. 


- Tu ne sais pas la dernière nouvelle? me dit-elle, attisant ma curiosité. Tristan va se marier !


Je faillis bien recracher ma gorgée de thé. Non... Tristan ne pouvait pas se marier ! Il était le pire rebelle de tous les temps. Il avait passé son enfance et son adolescence à me dire que jamais il ne marierait une princesse, malgré ce que ses parents pouvaient bien en penser. Cependant, le trône émérien étant le plus important, je me doutais bien qu'il serait un jour forcé de se marier à quelqu'un de sang royal. Pourtant, si un mariage royal aussi important avait été annoncé, j'aurais été au courant. Cela faisait des centaines d'années que le royaume d'Argent n'était plus mis à l'écart. Cela voulait dire que le mariage n'avait pas encore été officialisé. Qu'avait fait Tristan encore ? 


- J'aimerais bien rencontrer l'heureuse élue, dis-je alors. Tristan mérite d'être avec la femme qu'il aime. 


Je déposai subitement ma tasse de thé sur la petite table à côté de moi, ayant subitement une grosse bouffée de chaleur. Je sentis la main de mon amie se resserrer sur la mienne, tandis que ma vue s'embrouillait. Je sentis deux bras musclés me soulever alors comme une princesse, afin de m'emmener à l'extérieur. 


- Élyanne, me chuchota Eliott. Tu saignes. 


Il était devenu un ami cher depuis le départ d'Em, donc il me tutoyait. Une puissante crampe prit alors possession de mon corps, me paralysant complètement. Je poussai un cri de douleur si fort, qu'ils devaient m'avoir entendue à Zénor. 


- Non... gémis-je. 


- Élyanne ? entendis-je au loin, reconnaissant la voix de ma belle-mère et celle de Gwen. 


Je me sentais lentement perdre la carte. Une crampe, du sang... J'étais en train de perdre mon bébé. Tous ces symptômes étaient reliés à la fausse couche. Je ne pouvais pas. Je ne voulais pas le perdre. Je me concentrais afin de rester consciente et de me battre pour mon enfant, comme je le pouvais. J'entendis les portes du château s'ouvrir en un fracas. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emerick

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Dim 4 Fév - 12:34

J'étais partis depuis plus d'un mois, j'avais laissé Élyanne aux bons soins de ma mère et de mon meilleur soldat, Eliott. Et voilà que je recevais une missive urgente, écrite de sa main, me disant que ma femme était enceinte depuis plusieurs mois. Je tenais la lettre de mon meilleur ami dans mes mains, ne sachant que faire. Mon but était de retrouver Kesley et la minute que je l'avais de nouveau avec moi, on me l'enlevait.



Je sortis de ma tente royale, celle que mon père avait fait emmener pour lui. Je me dirigeai vers mon général Royce, le deuxième de la chaîne de commande après Eliott. Je lui tendis la lettre qu'il lu en quelques secondes, avant de me faire un signe de tête. Il me redonna le parchemin et je retournai dans mon antre. Cinq secondes plus tard, la voix de mon général ordonnait de plier bagages, parce que le Roi devait retourner à sa Reine.



Deux heures plus tard, j'étais en scelle et nous galopions le plus vite possible vers Argent. Mon cerveau et mon coeur se battaient pour savoir à qui je pensais le plus. Je laissais de nouveau mon âme soeur, pour la femme dont j'étais amoureux. Pourtant, j'étais plus qu'amoureux de Kesley. Je faisais de mon mieux, pour garder un visage neutre.



***




Je franchissais la frontière entre Émeraude et Argent au grand galop. Mon armée à ma suite. Je voulais être auprès d'Élyane maintenant, je voulais la serrer dans mes bras et prendre soins d'elle. J'avais décidé de laisser Kesley dans la Forêt Interdit, parce que c'était ce qu'il m'était. Interdit. Élyane était mon salut. Je poussai un puissant soupir de soulagement en voyant les murailles de mon Château et en entendant le pont-levis tomber au sol. Je traversai la cité rapidement, sans prendre le temps de saluer mon peuple et laissai mon destrier dans la cour du palais. Je pris quelques secondes pour reprendre mon souffle. Royce arriva derrière moi et posa une main sur mon épaule.



- Félicitations sire, me dit-il.



J'attirai mon ami dans mes bras, heureux. Mais comme j'ouvrais la bouche pour lui dire de ne pas m'appeler Sire, un puissant hurlement résonna sur les murailles et provenait de l'intérieur du palace. Élyane. Je lâchai Royce et me lançai dans une course folle vers les portes, que j'ouvris moi-même à la volée. Je me tournai vers une servante, une expression folle au visage, elle m'indiqua le salon des invités et je me lançai de nouveau.



- Élyane? entendis-je deux voix féminines, dont celle de ma mère.



Je redoublai de vitesse, tournai le coin et vis ma femme dans les bras de mon meilleur ami. Elle saignait. Lui n'avait pas eu le temps de la rammener à notre chambre et la posa au sol. Je me lançai sur mon épouse et la blottit contre moi.



- Élyane, mon aimée, soufflai-je. Je suis revenu.



Ses petits yeux s'ouvrirent sur moi, faiblement, je posai un doux baiser sur ses lèvres. Eliott coupait les jupes de la robes de ma femme, mon meilleur ami venait d'une famille de guérisseurs. Il leva un regard vers moi, je compris tout de suite.



- QUE QUELQU'UN M'AMMÈNE BANDAGES, EAU ET COMPRESSES, hurlai-je.



Une servante apparut avec le tout et je me mis à éponger le front de ma femme.



- Élyane, dis-je, suite au regard de mon ami. Pousse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Élyanne

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 15/02/2017

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Dim 4 Fév - 14:21

J'étais bien accrochée aux vêtements d'Eliott. Il était hors de question que ce bébé sorte de mon corps, mort. Je voulais un bébé bien vivant. Je voulais donner un héritier à mon amant. Je ne voulais pas être l'une de ces reines qui était incapable de mettre à terme un enfant. J'avais chaud, terriblement chaud. Je suais comme un porc. Je serrais fortement les dents. Forte. Je devais être forte. Je savais bien que les bras d'Eliott ne me lâcheraient jamais. Peu importe ce que je lui ferais subir, il me tiendrait jusqu'au dernier moment. Je tentais de respirer calmement, mais ça en était impossible. Une autre terrible crampe transperça mon corps, et je me retins cette fois de hurler. Forte. J'étais forte. J'allais empêcher ce bébé de sortir. Je me sentis alors déposée au sol, et rapidement un oreiller se glissa sous ma tête. Peu importe ce qui allait se passer, ça se passerait ici. Je n'étais plus en état de transport. 


- Élyanne, mon aimée, parvint alors la voix d'Emerick à mes oreilles. Je suis revenu. 


J'ouvris les yeux avec difficulté sur ceux gris d'acier de mon époux. Je pouvais voir qu'il était inquiet. De quoi avais-je l'air ? Malgré tout, ses lèvres se posèrent contre les miennes avec tendresse. Je tentai un maigre sourire. Avec Emerick à mes côtés, je savais maintenant que j'avais tout ce dont j'avais besoin pour vaincre cela. Je pouvais sentir quelqu'un couper mes jupes. Je laissai échapper un petit gémissement, tandis que des larmes remplissaient mes yeux. Mon bébé... Je ne voulais pas le perdre. 


- QUE QUELQU'UN M'EMMÈNE BANDAGES, EAU ET COMPRESSES, hurla subitement mon mari. 


Je sentis alors de la fraîcheur contre mon front, ce qui me donna la force de relever la tête et d'ouvrir mes yeux. Je croisai le regard d'Eliott, qui était entre mes jambes, les mains pleines de sang. Je ne pus m'empêcher de gémir. J'avais compris, dans le sérieux de son regard, que j'allais bel et bien perdre mon bébé. 


- Élyanne, me dit doucement Emerick. Pousse. 


J'éclatai alors en sanglots amers. Je préférais souffrir et garder mon enfant en moi, plutôt que de pousser et d'accoucher d'un être mort. Une main se glissa alors dans la mienne, du côté qu'Emerick n'était pas. Je croisai alors le regard d'Ann. Habituellement froide avec moi, j'apercevais la tendresse d'une mère dans son regard. J'avais l'impression que ma propre mère était avec moi. J'avais toujours pensé qu'elle ne m'appréciait pas.


- Noonnn... gémis-je avec douleur. 


- Élyanne, me dit subitement Eliott d'un ton sec. Si tu ne pousses pas, tu vas mourir. 


- J'm'en fiche... 


Je sentis la main de ma belle-mère se défaire de la mienne, et à ma plus grande surprise, elle commença à masser mon ventre afin de m'obliger à pousser. Je hurlai alors de douleur et de peine. Après plusieurs minutes de souffrance, je mis enfin au monde mon bébé, qui ne poussa jamais son premier cri. Je poussai un cri de désespoir, en voyant mon enfant dans les bras mort dans les bras de mon ami. C'est alors qu'une autre crampe me prit, et je ne pus faire autrement que de pousser de nouveau. Bien rapidement, une servante se retrouva avec mon nouveau-né mort dans les bras, tandis que mon ami se concentrait sur moi. Je sentis alors un autre bébé passer, puis rapidement pleurer. Alors que je sentais mes forces m'abandonner, j'avais toujours mal. 


- Il y en a un autre, dit Eliott. 


Je poussai un puissant cri de douleur, tandis que je sentais une lame me couper l'intimité. Une main entra alors en moi, afin d'aller chercher un autre bébé, qui lui aussi poussa des pleurs. 


- Je veux les voir, haletais-je, alors que je ne voyais même plus le paysage, tellement le noir se faisait devant moi. 


- Elle a perdu trop de sang. 


- Mes bébés... dis-je alors à répétitions, d'une voix à peine audible, avant de sombrer dans le néant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emerick

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Mar 10 Avr - 18:10

Je n'avais jamais vu quelqu'un souffrir autant. Jamais je ne m'étais sentis autant impuissant. Contre moi, la femme que j'avais appris à aimer se tordait de douleur et hurlait à plein poumons. Je m'étais battu contre les pires créatures de ce monde, j'avais réussis à vaincre mon coeur brisée; alors pourquoi n'étais-je pas capable de calmer la douleur de mon épouse?


Élyanne éclata en sanglots, alors que je tentais de de la rassurer. Je me retournai vers ma mère, qui se tenait dans le corridor, elle qui avait toujours été froide envers ma femme, s'avança vers nous et s'agenouilla. Elle glissa sa main dans celle d'Élyanne, le regard tout doux et plein de tendresse.


- Noonnn... pleura Ély.


- Élyanne, coupa Eliott, d'un ton urgent. Si tu ne poussa pas, tu vas mourir.


Élyanne, mourir, non. Je me perdis dans une tonne de scénarios dans ma tête, mais réussis à entendre Élyanne répondre qu'elle se fichait si elle mourrait. Cette réplique me retira de mes pensées morbides. Je levai un regard désespéré sur ma mère, qui retira sa main de celle de mon épouse. La Reine d'Argent se mit à masser le ventre de la future reine, afin de l'aider à pousser. Mon amante se mit à hurler encore plus fort, je compris que le massage fonctionnait. Et après de longues minutes et de forts cris, Élyanne mit au monde un premier enfant. Un garçon, qui ne poussa jamais son premier cri. Eliott tenait mon fils, un air triste sur son visage. Mais lorsque Élyanne se remit à hurler, El passa mon fils à une servante et puis se remit à s'occuper de ma femme. Et un autre bébé sortit, une fille, qui poussa un fort pleur, mon coeur qui était remonté dans ma gorge, retomba dans ma poitrine. Je remarquai que ma femme semblait de plus en plus faible, son visage pâlissait à vue d'oeil.


- Il y en a un autre, dit mon soldat, pour continuer d'encourager Ély à pousser.


Ma femme ne semblait plus capable de pousser, mon regard croisa celui de mon capitaine d'armé. Ce dernier secoua la tête, si le bébé ne sortait pas, Ély et mon enfant mourrait. Je tirai une dague de ma ceinture et la tendis à Eliott. Il me lança un regard et je pressai ma femme contre moi. Eliott entailla l'intimité de mon amoureuse et enfonça son bras en elle et en sortis un bébé. Ma fille cadette se mit à pleurer.


- Je veux les voir, souffla Élyanne.


Je me retrouvai avec l'une de mes filles dans les bras, alors qu'Eliott se penchait sur Élyanne afin de l'examiner. Il releva la tête, le regard grave.


- Elle a perdu trop de sang.


- Mes bébés, répétai Élyanne, avant de tomber dans l'inconscience.


Ma mère m'arracha ma fille des bras et j'agrippai le tas de tissus, qui était la robe de ma femme. Je pressai le tout contre son intimité. Alors qu'Eliott tentait un massage cardiaque. Il était trop tard, mon épouse, mon aimée était condamnée. Je poussai un cri de rage. Ce qui poussa ma mère à entraîner les servantes avec mes enfants loin de nous. Des pas dans l'escalier se firent entendre dans le château silencieux.


- Je peux l'aider, fit une voix féminine dans mon dos.


Je me retournai pour voir la Princesse Katya de Rubis, elle était une amie proche d'Élyanne et visitait souvent cette dernière. La petite princesse posa une main sur mon épaule et je lui laissai ma place.


- Rammenez-moi ma femme, pleurai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katya
Princesse de Rubis
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Mar 10 Avr - 20:07

Je m'étais réveillée à l'aube ce matin, notre caravane s'était arrêtée à Émeraude, ma mère m'avait envoyée voir le Prince Mathéo, pour me promettre. Ce dernier était trop froid et épeurant pour moi. Comme j'étais le seul être royal de cette délégation, on m'obéissait et sachant que ma bonne amie Élyanne était enceinte, j'avais préparé quelques cadeaux. Nous allions donc aussi profiter de ce voyage pour visiter Argent.


Pour voyager, je ne portais qu'une simple robe lavande et une cape bleue pâle. Je ne portais jamais de bijoux, excepté d'une petite couronne ornée d'un petit rubis. Mes pieds sont dans de petites chaussures assorties à ma robe. Je refusais toujours d'avoir des servantes dans mes voyages car je n'étais pas chez moi. Je finis par sortir de ma chambre et descendre vers la cour où le Roi d'Émeraude m'attendait avec le reste de ma compagnie.


- Merci pour votre hospitalité Majesté, dis-je, en faisant une petite révérence.


Je grimpai sur ma jument et sortis au pas des murailles d'Émeraude. Nous nous dirigeâmes vers Argent, une fois que nous fûmes passé le dernier village, je me mis au galop. L'idée de voir ma meilleure amie m'excitait, tellement que j'étendis mes sens jusqu'à elle et sentis sa douleur. Une douleur si intense et rapide, que je faillis tomber de ma monture. Je poussai cette dernière au grand galop, sachant que je n'étais pas bien loin du château. Je n'arrêtai ma jument que lorsque je fus dans la cour du palais. Je sautai de mon cheval et courus vers la porte, où un garde se mit dans mon chemin.


- Poussez-vous, dis-je, d'un ton royal. Je sais que la Princesse Élyanne souffre, je peux la sauver.


Le garde me laissa passer et tout en focusant mon énergie sur Ély, je finis par la trouver. Son mari tentait de contenir une hémorragie, alors qu'un autre garde tentait de la ressusciter. Mais mon amie n'était pas encore partie pour les Grandes Plaines de Lumière. Je pris une grande inspiration, pour me redonner de la contenance.


- Je peux l'aider, dis-je.


Emerick se retourna vers moi, le regard emplit de désespoir. Mon petit coeur se serra et je finis par avancer vers lui. Ma main se posa sur son épaule musclée et je m'agenouillai aux côtés de mon amie. Mes paumes s'illuminèrent d'une douce lumière blanche, je croisai le regard de l'homme en face de moi et ce dernier cessa tout mouvement. J'étendis mes mains au-dessus de mon amie et laissai ma magie aller réparer chaque tissus de peau déchirés, calmer l’hémorragie et fermer l'immense entaille entre les jambes de la princesse. Une fois que tout fut guérie, je lui insufflai une partie de mon énergie vitale. À ce moment, les yeux d'Élyanne s'ouvrirent, nos regards se croisèrent et je lui souris.


- Surprise... dis-je tout bas avant de me laisser choir au sol et me laisser envelopper d'un cocon de lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 11/04/2018

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Mer 11 Avr - 22:20

Tout s'était déroulé tellement vite, mais tellement lentement à la fois. Heureusement, la reine était maintenant hors de danger, et ses bébés étaient en vie. Du moins, deux sur trois. Je ne savais pas comment Em gérait la situation. Une fois qu'Elyanne fut guérie, il l'avait emportée loin de moi, me laissant la jeune princesse Katya sous surveillance. Comme je côtoyais souvent les Chevaliers d'Émeraude, je savais très bien que personne ne devait toucher à ce petit cocon de lumière blanche autour de la jeune femme. Les heures passaient, et j'étais complètement épuisé. Malgré tout, je veillais sur la princesse. Je n'avais pas encore eu le loisir de prendre une douche, et j'étais plein de sang séché. De temps à autre, une servante passait dans le coin afin de me donner du vin et un peu de fromage. C'était tout ce qui rentrait dans mon estomac pour le moment. Je n'avais peut-être aucun lien de sang avec la famille royale, mais ils étaient ce que j'avais de plus près à une famille. J'avais mal avec eux. 


Assied sur le sol de pierre froide, je sursautai lorsque je vis la lumière disparaître autour de la jeune femme. Je pus enfin bien discerner son visage. Elle semblait très jeune, mais elle était excessivement jolie. Je me mis rapidement sur pieds, et l'aidai à se relever, tandis que ses yeux s'ouvraient lentement. La sentant tout de même faible, ma main droite était dans la sienne, tandis que l'autre était posée contre sa hanche. 


- Ce que vous avez fait pour Élyanne... murmurais-je alors d'une voix rauque. Comment puis-je vous remercier, Votre Altesse ? 


Je baisai sa main avec tendresse, avant de lui faire une courte révérence. Au loin, je vis une jeune servante passer, et je lui fis un petit signe de la main. 


- De l'eau, du vin, du pain et du poisson frais. Apportez tout cela dans le petit salon de thé. 


Elle hocha vivement la tête avant de détaler comme un petit lapin. J'aidai donc la jeune princesse à se rendre jusqu'au petit salon, l'installant sur le fauteuil de la reine, le plus confortable. Je me mis ensuite à genoux devant elle. 


- Vous êtes remarquable, lui soufflais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katya
Princesse de Rubis
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Jeu 12 Avr - 22:18

Les gens se demandent souvent ce que nous voyons quand notre cocon d'énergie se forme autour de nous. Ça dépend de chaque être, je revois mes souvenirs passés avec la personne la plus chère à mes yeux, mon père. Je l'entends me parler et me dire qu'il est fier de moi et qu'il m'aime de tout son coeur. J'entends aussi ce qui se passe à l'extérieur du cocon, ce qui peut être un peu mélangeant.



La lumière finit par disparaître autour de moi, mais je gardais mes yeux fermés. Je n'étais pas prête à voir si j'avais sauvé mon amie ou non. Je me sentis relever, avant d'ouvrir les yeux sur le garde qui tentait de réanimer Élyanne. Il était magnifique, me dépassant de beaucoup et ayant une bonne stature, cette homme me rappelait Emmett et mon père. Ses yeux étaient doux et sa main tenait la mienne avec une grande délicatesse. Son autre main tenait ma hanche. Son visage et le reste de son corps était taché de sang et malgré cela, je ne pouvais m'empêcher de le regarder. Une petite lueur semblait émaner de lui.



- Ce que vous avez fait pour Élyanne... dit-il, tout bas. Comment puis-je vous remercier, Votre Altesse?



Je n'esu point le temps de dire un mot, en fait, je n'aurais rien dit. Sa bouche se posa avec tendresse sur ma petite main, ce qui électrisa tout mon corps. Le soldat me fit une petite révérence, avant de se tourner vers l'autre bout du corridor. Cela me donna le temps de rougir et de l'observer, tout en reprenant mon équilibre. Je vis qu'Élyanne n'était plus au sol et je la sentais bien en vie dans le palais.



- De l'eau, du vin, du pain et du poisson frais, ordonna l'homme. Apportez tout cela dans le petit salon de thé.



Je me retournai pour voir une servante à peine plus vieille que moi hocher la tête et courir dans la direction inverse. Toujours avec autant de bonnes manières, l'homme m'aida à me diriger vers la petite pièce. Il me fit asseoir dans un fauteuil richement décoré et s'agenouilla devant moi.



- Vous êtes remarquable, murmura-t-il de sa voix douce.



Je voulus poser une main contre sa joue, mais sachant que c'était contre les convenances, je me retins. Je rougis avant de prendre une de ses mains dans la mienne et l'inviter à s'asseoir dans le fauteuil voisin du mien. Je détestais qu'on me traite en princesse, même si c'était ce que j'étais. Je croyais que chaque homme, femme, enfant, elfe, fée ou hybride était né égaux. Puisque je n'aurais jamais le trône de Rubis, je vivrais ma vie avec ma petite famille parmi le peuple. Je gardai la main de l'homme dans la mienne.



- Je ne suis point remarquable, sire, simplement une jeune femme qui voulait sauver son amie, dis-je, tout bas. J'aurais aimé pouvoir sauver le bébé, ajoutai-je, tristement.



J'avais peur de la mort. L'idée qu'un si petit être soit projeté vers les Grandes Plaines de Lumière seul, me faisait incroyablement de peine. La servante entra dans le salon et posa un grand plateau rempli de victuailles sur la table, avant de servir du vin dans une coupe et me la donner. Je la remerciai d'un signe de tête.



- S'il-vous-plaît, dis-je. Pourrions-nous avoir une bassine d'eau?



La jeune femme hocha la tête et ressortit, pour revenir quelques minutes plus tard avec un saut et quelques langes. Je lui fis une petite révérence et la laissai partir. Je me levai et tendis la coupe à mon garde. Je pris l'un des langes et le trempai dans l'eau froide, le tordit et m'approchai de l'homme.



- Me permettez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 11/04/2018

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Dim 15 Avr - 13:47

Si elle n'était pas une princesse, en fait, si elle n'était pas la princesse de Rubis, le meilleur allié d'Argent, je lâcherais bien rapidement les convenances afin de lui faire la cour. Maintenant que j'étais face à elle, je me rendais compte de toute sa beauté. Par contre, elle avait l'air bien jeune. Habituellement, je ne courtisais que les femmes âgées dans la vingtaine, afin de ne pas faire de coup d'éclat et de mettre dans l'embarras Emerick. Je ne voulais pas faire quelque chose de mal vu et d'illégal et qu'il ait à sévir à mon égard. Je savais que ça le blesserait dans le plus profond de son être. Et de toute façon, j'étais ici afin de faire régner la loi et de défendre mon royaume, ma patrie. Mais cette princesse, cette femme... Elle semblait exceptionnelle. J'allais me contrôler. Et lorsque je pourrai parler à Emerick, je lui demanderais son consentement afin de courtiser la jeune Rubéenne. 


Les joues de Katya prirent alors une teinte rosée, qu'elle tenta de camoufler en se saisissant de ma main afin de m'inviter à m'asseoir dans le fauteuil voisin au sien. Je lui obéis, trouvant sa réaction plutôt mignonne. Je n'avais pas l'habitude des femmes douces et timides. Habituellement, je les trouvais et les courtisais dans les tavernes, et non dans la cour d'un roi. La petite main de la princesse toujours dans la mienne, je ne la quittais pas des yeux. 


- Je ne suis point remarquable sire, me dit-elle alors. Simplement une jeune femme qui voulait sauver son amie. J'aurais aimé pouvoir sauver le bébé. 


Je me mordis la lèvre inférieure. Je ne savais pas comment fonctionnait la magie. Mais je savais où est-ce que le petit avait été emmené. En fait, je n'avais même pas eu le temps de remarquer s'il s'agissait d'un poupon ou d'une pouponne. Je devais rapidement me concentrer à autre chose. Peut-être avait-elle encore une chance de le sauver. Mais elle semblait encore tellement faible. J'étais déchiré entre l'idée de tenter de sauver le bébé de mon meilleur ami et ainsi abuser des pouvoirs de la princesse, ou alors la laisser se reposer en sachant que l'enfant aurait eu la chance de vivre. Je déglutis avec difficultés pensant à cela. Heureusement, la jeune servante entra dans la pièce avec un plateau plein de victuailles, ce qui attira le regard de Katya ailleurs que sur mon visage légèrement traumatisé. 


- S'il-vous-plait, pourrions-nous avoir une bassine d'eau? 


Un silence se fit alors que la servante quittait les lieux. Les minutes qui passèrent me semblèrent des heures. Pour l'une des rares fois dans ma vie, j'étais incapable de prendre une décision. J'étais tellement concentré à réfléchir, que je sursautai lorsque la fille revint avec la bassine. Katya posa alors une coupe de vin dans ma main, à laquelle je ne touchai étrangement pas. Je n'avais pas le coeur à boire. 


- Me permettez-vous ? me dit la princesse alors qu'elle s'approchait de moi avec un lange mouillé. 


Je hochai négativement la tête, avant de me lever à la hâte. J'en renversai la coupe au sol, mais j'en avais rien à foutre. Je quittai rapidement la pièce, laissant la princesse en plan. Je me rendis dans la salle du trône au pas de course, satisfait de voir que le poupon mort-né avait été lavé et placé dans un berceau, afin que la famille fasse ses adieux. Cependant, comme Em et Ely étaient occupés à récupérer pour le moment, la salle était complètement vide. Aucun garde n'était là pour surveiller. Il fallait dire que le château d'Argent était une réelle forteresse. Personne ne pouvait pénétrer ici. Je pris donc le petit bébé mou dans mes bras, le dissimulant sous une couverture. À mon retour vers le petit salon, je pris des chemins plutôt compliqués, afin de ne croiser aucun de mes gardes. 


Une fois dans le petit salon, je fus soulagé de voir que la princesse m'attendait, dans la même position que je l'avais laissée. Je l'avais probablement prise au dépourvu. Je fermai les portes derrière moi et je les barrai, posant même une chaise sous les poignées afin que personne ne puisse les défoncer. Je révélai alors à Katya ce que je tenais dans l'un des mes bras. 


- Vous n'avez pas eu l'opportunité de le sauver, lui dis-je alors, soupirant de nervosité. Je vous offre mon énergie vitale. Tentez tout pour lui redonner la vie, s'il-vous-plait. 


En effet, ce petit n'avait jamais eu la chance de respirer. Si on la lui donnait, sans doute pourrait-il survivre. Et je me fichais bien de mourir dans le processus. Je voyais dans le regard de la princesse qu'elle souhaitait le faire, mais que quelque chose la dérangeait. 


- Ne pensez pas à ma vie, lui soufflais-je alors. C'est mon devoir de donner ma vie pour la famille royale. Et ce poupon en fait partie. Laissez-moi le faire. Pour ce bébé. Pour Ely. Pour mon meilleur ami. 


Ayant côtoyé les chevaliers d'Émeraude à plusieurs reprises, je savais très bien qu'elle pouvait utiliser mon énergie plutôt que la sienne pour opérer cette magie. Je ne savais pas s'il était possible de sauver le bébé. Mais je savais que je devais essayer. 


- Imaginez la joie d'Élyanne si nous réussissons... lui soufflais-je. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katya
Princesse de Rubis
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Dim 15 Avr - 18:36

Pourquoi étais-je aussi portée à vouloir m'occuper d'un homme? J'étais une fille pourtant timide, en fait, ma soeur et moi étions pareilles sur ce fait. La présence d'hommes nous intimidait, excepté celle de nos frères. Mais je n'aimais pas que quelqu'un me regard comme il me regardait. Si seulement ma mère pouvait être avec moi, maintenant, je saurais quoi faire, avec elle pour me guider. J'avais repoussé chaque tentative de promesse, car je ne me voyais pas marier un prince gâté, je voulais tomber amoureuse et marier un homme bon, mais dans longtemps.



Le soldat secoua la tête, ce qui fit serrer mon coeur. Est-ce parce que je brisais une convention? Devrais-je m'excuser? Le bel homme se leva d'un coup, laissant tomber la coupe de vin au sol avant de courir vers la porte et de me laisser seule dans le salon. Ne comprenant pas ce qui se passait, je restai muette et immobile. Je me surpris à penser à Fil, qui lui dirait sa façon de penser. J'eus un petit sourire en pensant à mon aîné, étrangement, il me manquait. Nous étions presque inséparables, lui, Jul et moi. Je serrai les dents pour retenir un sanglot et mes larmes.



Je sursautai en voyant les portes s'ouvrir, mon beau garde revenait vers moi, mais il semblait tenir quelque chose dans ses bras. Il ferma les portes, les barra et nous barricada dans le salon avec une petite chaise. L'homme revint vers moi et me révéla ce qu'il tenait, le poupon, le premier mort né. Mon coeur se serra de tristesse pour ce tout petit être.



- Vous n'avez pas eu l'opportunité de le sauver, dit-il. Je vous offre mon énergie vitale. Tentez tout pour lui redonner la vie, s'il-vous-plaît.



Je ne pus m'empêcher de fondre devant tant de bonté provenant de l'homme et je levai un regard sur lui, pour accepter. Mais m'interrompis, la lumière que j'avais vu autour de lui n'était pas un reflet ni une illusion. C'était la lumière des âmes soeurs, soudainement, sauver cet enfant était devenu une conséquence. Si je sauvais le poupon, mon âme soeur mourrait.



- Ne pensez pas à ma vie, plaida l'homme que les Dieux m'avaient destiné. C'est mon devoir de donner ma vie pour la famille royale. Et ce poupon en fait partie. Laissez-moi le faire. Pour ce bébé. Pour Ely. Pour mon meilleur ami.



Je posai un regard sur le petit garçon, son visage me rappelant le visage de mon amie. Je savais qu'en ce moment, elle pleurait et essayait du mieux qu'elle pouvait pour aller chercher son aîné. Aîné, qu'elle ne pourrait jamais serrer dans ses bras. Je pouvais sauver cet enfant, je pouvais aussi perdre l'homme que j'aimerais un jour.



- Imaginez la joie d'Élyanne si nous réussissons... souffla-t-il de sa voix douce.



Je fermai les yeux, un instant, pour réunir toute ma magie. Je les rouvris et pris l'enfant dans mes bras et pris la main de l'homme. J'avalais de travers, tentant de camoufler ma peur de le perdre. Étant de sang royal, je pouvais lui interdire de me demander une telle épreuve, mais ne le ferais jamais.



- Si je réussis, promettez-moi de me dire votre nom, murmurai-je.



Sans attendre, je fis briller mes paumes d'une lumière blanche, prenant l'énergie vitale du garde, à petites doses. Je redonnai la vie aux cellules du petit être, puis allai donner la vie au cerveau. Mais rapidement, ma propre énergie baissait, car je donnais majoritairement de la mienne. Je n'avais aucun futur, ce bébé en avait un. Je lâchai la main du soldat et un cocon de lumière m'entoura avec le bébé. Le coeur du petit être se mit à battre et il finit par pousser un cri. Le cocon provenait de lui! l'enfant était un être magique! La lumière disparut et je réalisai que mon énergie ne m'avait point quitté, ni celle de mon voisin. Le bébé s'était guérit presque tout seul! Je me retournai vers mon âme soeur et lui souris avant de lui tendre l'enfant.



- Ce petit est spécial, sire, murmurai-je. Ramenez-le à sa mère.



L'homme resplendissait de joie et mon coeur eut quelques ratés en le voyant sourire. Sans attendre, il retira la chaise et sortis à la course avec l'enfant. Je souris, en essuyant mes larmes de joie. Je sentis une vague d'énergie m'envahir, elle provenait de mon jumeau qui semblait s'inquiéter de moi. Je me levai et courus à la suite de mon âme soeur, que je rattrapai devant la suite royale. Je posai une main contre son coude.



- Votre nom, sire, dis-je. Que je puisse me rappeler de votre bonté.



Mon regard se plongea dans le sien, je fondis et perdis contrôle de moi-même. Je me perchai sur la pointe des pieds, posai une main sur la nuque solide de l'homme et mes lèvres vierges contre les siennes, dans un baiser tout innocent. Me rendant compte de mon inconduite, je reculai, la main sur ma lèvre inférieure, lui fis une révérence et courus dans la direction opposée. Je regagnai le petit salon et m'assis à la place que l'on m'avait assigné. Sotte, me criai-je après, en pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 11/04/2018

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Lun 16 Avr - 14:36

Je voyais que je n'avais rien à dire de plus. Elle était déjà convaincue. Son coeur était immense. Élyanne n'était pas amie avec des femmes égoïstes, je l'avais toujours su, mais jamais je n'aurai cru qu'une princesse ayant grandi dans un château puisse être aussi bienveillante. Je regardai la jeune Katya fermer les yeux, et je pus sentir qu'elle rassemblait son énergie. J'espérais simplement que ce n'était pas trop lui demander après ce qu'elle venait de faire auprès de la reine. Je ne voulais pas l'épuiser, mais si nous avions une chance de sauver ce bébé, c'était maintenant. Car plus nous attendions, plus il risquait de passer les Grandes Plaines de Lumière, et nous ne pourrions plus rien faire à ce moment. Je poussai un petit soupir de nervosité. Si seulement j'avais été moi-même magicien... 


- Si je réussis, promettez-moi de me dire votre nom, me dit alors la belle princesse.


Je hochai la tête d'un coup sec, alors que Katya commençait à faire opérer sa belle magie. Lentement, je sentais mon énergie me quitter. Malgré tout, je restais debout, prêt à soutenir la Rubéenne. Elle était tellement mignonne lorsqu'elle était ainsi concentrée. Subitement, je sentis mon énergie me revenir au complet, et un cocon de lumière blanche se forma autour du poupon, qui poussa son premier cri. Mon coeur eut un raté dans ma poitrine. Elle avait réussi ! Elle me remit alors l'enfant, qui gazouillait dans mes bras. Je ne pus m'empêcher de sourire devant son petit minois. Il ressemblait tellement à Élyanne. C'était un petit garçon. 


- Ce petit est spécial, sire, me souffla Katya. Ramenez-le à sa mère. 


Je n'eus pas besoin de plus pour enlever la chaise. Je me sauvai à la course dans les dédales du château, pour finalement atterrir devant la chambre royale. Cependant, une petite main contre mon bras freina ma course. 


- Votre nom, sire, me demanda alors la Rubéenne. Que je puisse me rappeler votre bonté. 


Je plantai mes yeux d'acier dans ceux magnétiques de la princesse. Je voulus ouvrir la bouche pour me nommer, mais Katya me prit par surprise alors qu'elle se saisissait de ma nuque pour m'embrasser avec tendresse. Je fus tellement surpris de son audace, que je ne bougeai pas d'un poil. Je n'osai même pas se moquer de sa gêne par la suite. Je ne comprenais pas ce qui lui avait pris. Habituellement, les princesses ne s'approchaient pas des gardes comme moi. Mon coeur s'était accéléré dans ma poitrine. Je me secouai alors la tête, me rappelant qu'il ne s'agissait que d'une adolescente. Je posai alors ma main sur la poignée, et l'ouvris sans même cogner. À ma grande surprise, Élyanne était assise dans la berceuse, nourrissant l'un des deux poupons, tandis qu'Em tenait le deuxième, sans trop savoir quoi en faire. Emerick père, même moi je ne l'aurai jamais cru. Leurs regards se tournèrent alors vers moi. Ils avaient pleuré, les deux. Beaucoup. Ély fut la première à se lever, déposant son bébé dans le berceau près d'elle. Elle s'avançait, quelque peu méfiante. 


- Votre fils... soufflais-je. Je... Avec l'aide de la princesse nous... C'est un être magique.


Un immense sourire apparut alors sur le visage de mon ami d'enfance, tandis que sa magnifique reine venait prendre son fils, qui gazouillait tout bonnement dans mes bras. Sans rien dire, elle me lança un regard, qui valait mille remerciements. Je lui fis un petit signe de tête, alors qu'elle retournait dans sa berceuse, des larmes de joie roulant le long de ses joues. 


- Je te présente Anna, me dit Emerick, en me montrant celle qu'il tenait contre sa large poitrine. Dans le berceau, c'est Katya. Et dans les bras de ma femme, c'est Eliott. 


Je lui souris, ému. Il me fit une accolade fraternelle, avant que je ne fasse une révérence et ne quitte la pièce, afin de les laisser partager ce moment heureux ensemble. Je retournai alors dans le petit salon, afin de ramasser les victuailles. Je fus surpris de voir la princesse de Rubis, assise bien raidement dans le fauteuil de la reine. 


- Lady Katya, dis-je avec étonnement. Je croyais que vous vous étiez sauvée, vu votre gêne et votre précipitation suite à ce baiser. 


J'avais dit cette dernière phrase avec un léger ton de moquerie dans la voix. Je ramassai alors la coupe que j'avais jeté au sol, m'en saisit de deux propres et nous versai du vin. Je donnai le premier verre à la princesse. 


- Le Roi et la Reine ont eu deux filles et un fils, lui appris-je alors. Anna, Katya ainsi qu'Eliott. 


Je la regardais avec un petit sourire en coin, me demandant si elle allait comprendre que le dernier prénom s'agissait en fait du mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katya
Princesse de Rubis
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Lun 16 Avr - 22:06

Mon coeur ne cessait de se débattre dans ma poitrine. Je ne comprenais pas ce qui venait de se passer, je ne comprenais ce qui m'avais pris d'embrasser un soldat. Ce n'était pas le comportement qu'une princesse en visite dans un Royaume. Je passai une main dans mes cheveux avant de cacher mon visage dans mes mains. Idiote, que j'étais.


La porte du salon s'ouvrit sur l'homme et parut surpris de me voir assise devant la petite table. Mon coeur se débattait dans ma poitrine, je devais m'excuser. Je devais aussi le dire à Élyanne afin qu'elle ne pense pas que son garde du corps ne soit puni.


- Lady Katya, dit-il doucement, surpris. Je croyais que vous vous étiez sauvée, vu votre gêne et votre précipitation suite à ce baiser, ajouta l'homme, un peu moqueur.


Je ne sus pas quoi dire. Je le regardai reprendre la coupe qu'il avait échappé au sol, plus tôt. Le garde prit deux autres coupes et nous servit sur vin, pour me tendre une coupe. Je n'étais point capable de détacher mes yeux de sa personne, la lumière qui l'entourait devenait de plus en plus aveuglante.


- Le Roi et la Reine ont eu deux filles et un fils, dit-il sur un ton plus joyeux. Anna, Katya ainsi qu'Eliott.


Je compris que le dernier prénom était le sien. Je piquai un fard, alors que je croisais son regard et son sourire en coin. Je pris une gorgée de vin, avant de le poser sur la table. Je repris le linge et le retrempai dans l'eau et m'agenouillai devant le garde. Je pris une de ses mains dans la mienne et frottai doucement le sang séché, afin de le laver. Je relevai un regard vers son front en sueur et taché de sang.


- Me permettez-vous maintenant, sire Eliott? demandai-je, le souffle court.


Je posai le linge contre son front, ma main contre sa joue. Ce n'est que lorsque je croisai son regard de nouveau, que je perdis le contrôle de mes moyens. Le gris froid de ses yeux me fit frissonner, j'échappai la lingette, pour prendre son visage entre mes mains. Je pressai de nouveau, mes lèvres contre les siennes, mon coeur faisant raté sur raté.


- Pardon, soufflai-je, toute timide.


Je baissai les yeux, ramassant la lingette et la serrai dans ma petite main. Je posai une main sur ma lèvre inférieure, comme si chaque fois que je l'embrassais, mon coeur s'électrisait. Maintenant, j'en voulais plus et la lumière autour de lui devenait de plus en plus lumineuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 11/04/2018

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Sam 12 Mai - 23:06

J'étais conscient de l'effet que je faisais aux femmes, mais jamais je n'aurais cru plaire à une princesse. Encore moins une princesse aussi délicate que la dame de Rubis. Je la détaillais, tandis qu'elle prenait une longue gorgée de vin. Elle ne ressemblait en rien à son frère Filipp, le seul membre de la famille royale rubéenne que je connaissais bien. Le roi de Rubis avait la stature d'un guerrier, les traits durs d'un chasseur et le teint basané d'un paysan. Katya, pour sa part, me faisait plutôt penser à Annielle, la jeune soeur d'Emerick. Ses longs cheveux bruns descendant en cascades dans son dos, ses lèvres écarlates et ses joues légèrement rosées rehaussaient l'intensité de sa peau blanche, qui avait l'air très douce, d'ailleurs. En fait, aucune femme d'Argent n'avait sa finesse ou sa prestance. Malgré sa jeunesse, je ne pouvais m'empêcher d'avoir envie de la demander en mariage sur-le-champs. Après tout, je n'étais qu'un simple orphelin élevé au rang de soldat, je ne méritais pas la main d'une princesse. Il y avait sûrement quelque part sur Enkidiev un magnifique prince auquel elle était promise. 


Mes lèvres se délectant toujours du vin, je regardai la belle se lever afin de s'agenouiller de nouveau devant moi. Lingette à la main, elle commença lentement à laver le sang séché qui me recouvrait. Je pouvais la sentir fébrile, et bien que j'avais envie de la rassurer, je ne savais pas comment faire. 


- Me permettez-vous maintenant, sire Eliott ? demanda Katya en un souffle.


Je ne répondis rien, me contentant de caler ma coupe de vin afin de la déposer à mes côtés, contre la petite table. Ses mains délicates remontèrent jusqu'à mon visage et je cherchai à croiser son regard. Je compris rapidement que je n'aurais jamais du faire cela. Ses lèvres trouvèrent de nouveau leur chemin jusqu'aux miennes, ses mains serrant fortement mon visage. Je savais bien que je devais mettre fin à ce contact, mais j'en étais étrangement incapable. Je ne comprenais toujours pas l'effet que cette jeune fille me faisait. En fait, à ce moment, je ne savais même pas que j'étais en train de tomber amoureux. 


- Pardon, murmura la princesse de Rubis, d'une douce voix. 


Je ne savais plus quoi penser. Je n'avais plus les idées claires. Ma tête me disait de la laisser seule afin de ne pas causer de conflit politique, mais mon coeur réclamait ses bras et sa chair. Je ne voulais pas attirer sur le royaume d'Argent les foudres du Roi de Rubis, même si je savais très bien la relation qu'entretenait les deux monarques. Je remplis alors ma coupe jusqu'au bord, avant de la caler d'un trait. Les sens engourdis, tout irait mieux. Sans même m'en rendre compte, mes mains s'étaient glissées sous les aisselles de la princesse, et la soulevèrent comme si elle ne pesait rien. Je la grimpai ainsi sur mes genoux, avant de forcer son regard à croiser de nouveau le mien. 


- Vous n'avez pas à vous excuser, soufflais-je d'une voix rauque. 


Je m'emparai alors sauvagement de ses lèvres, bien à l'opposé des baisers timides de la princesse. L'une de mes mains se saisissait brusquement de son cou, et l'autre se posait contre sa hanche. J'avais envie de la prendre, là, maintenant, mais je ne pouvais pas. Je poussai un grognement de rage et je me levai subitement, avant que Katya ne sente mon membre bien gonflé dans mon pantalon. Je me dirigeai vers l'unique fenêtre de la pièce, en croisant mes bras contre ma poitrine. 


- Veuillez m'excuser, Lady Katya. Ce n'est pas un comportement à adopter avec vous, lui dis-je alors.


Lui faisant maintenant dos, elle ne pouvait pas voir à quel point je luttais de ne pas retourner vers elle et de lui voler sa virginité. Cependant, contrairement aux autres femmes qui partageaient ma couche, celle-là, bien que je ne comprenais pas pourquoi, j'avais le pressentiment que je devais l'épouser. Les yeux clos, je tremblais de tout mon être sous l'intensité de mon désir. 


- Pourquoi suis-je incapable de vous résister ? murmurais-je pour moi-même. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katya
Princesse de Rubis
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Dim 13 Mai - 17:58

Rien de mal ne pouvait arriver. Je n'étais point promise et comme de fait, j'étais aussi la dernière en ligne pour le trône de Rubis. Et lui, ne portait pas d'alliance... Ce qui ne voulait pas dire qu'il n'était pas promis à quelqu'un... Mais rien ne saurait me faire ignorer la lumière des âmes soeur autour de lui et à quel point son coeur et son corps m'appelaient. J'étais prête à me lancer dans ses bras, sans lendemain.



Toujours à genoux devant lui, je me demandais si j'avais encore fait une bévue. Sire Eliott se versa une deuxième coupe de vin, qu'il bu en une seule gorgée. Fil faisait cela aussi, lorsque mère l'énervait... Lui tombais-je sur les nerfs? Ses mains passèrent sous mes aisselles et rapidement, je me retrouvai sur les genoux du soldat. Son regard vint chercher le mien.



- Vous n'avez pas à vous excuser, râla-t-il.



Sans me laisser le temps de frissonner sous la chaleur de sa voix, Eliott plaqua ses lèvres contre les miennes, en un baiser beaucoup plus expérimente que les miens. L'une de ses mains se plaça contre la peau de mon cou, alors que ses baisers devenaient de plus en plus sauvages et que de mon propre gré, je lui répondais de la même façon. Son autre main glissa sur ma hanche, me sentant devenir femme, je le laissai faire. Et comme, je nous sentais sur le point de succomber à toute cette luxure, mon preux chevalier poussa un grognement et se leva rapidement, me faisant glisser au sol. Il se dirigea vers la fenêtre et me tourna le dos, en croisant les bras contre sa poitrine.



- Veuillez m'excuser, Lady Katya. Ce n'est pas un comportement à adopter avec vous, dit-il.



Mon coeur se serra. Je voulais qu'il ait ce comportement avec moi. Mon corps criait son nom. Chaque parcelle de peau qu'il avait touché frissonnait. Je pouvais sentir qu'il me désirait. Ma mère accepterait cette union, Fil n'oserait pas me refuser cela. Élyanne sauterait de joie et Emerick serait content pour son ami. Je me relevai lentement. Et marchai à petits pas jusqu'à lui, avant de me faire encore plus petite dans son dos musclé. Mes bras l'entourèrent doucement et l'une de mes mains glissa sous sa tunique pour tracer ses muscles du bout du doigt.



- Ne reniez pas votre désir, sire, murmurai-je. C'est réciproque. Quelque chose en vous me pousse vers vous. Je ne saurais repartir vers Rubis, sans vous avoir donné ce que j'ai de plus précieux.



Je le retournai vers moi et posai une petite main sur sa joue. Mon regard bleu se noya dans l'acier du sien, alors que je tirais sur le cordon de ma cape. Cette dernière tomba au sol révélant mon petit corps dans ma robe lavande au décolleté plongeant. Je n'avais pas autant de courbes que mon amie Élyanne, mais j'avais une jolie poitrine et de belles petites hanches. Mes mains glissèrent sous la tunique d'Eliott et commencèrent à explorer son corps en douceur.



- Je vous en prie, ne me refusez pas ce moment de tendresse, lui dis-je.



Je pris sa main dans la mienne et l'attirai de nouveau vers moi, tout en reculant vers le sofa. Je le poussai dedans et embarquai par dessus lui. Mais cette fois-ci, je sentis quelque chose de nouveau, au niveau de mon intimité, une bosse assez majestueuse chatouillait mon petit bouton de chair. Mes mains se posèrent contre sa nuque, alors que je l'embrassai avec passion. Je commençai une petite danse du bassin, afin de ressentir le même frisson que lorsque son membre emprisonné dans son pantalon avait effleuré mon petit bouton de chair. Ce qui me fis pousser un petit gémissement de jouissance.



- Aimez-moi, ronronnai-je à son oreille.



Mes lèvres allèrent caresser son cou, alors que mes petites mains s'accrochaient à ses épaules musclées. Ma danse du bassin s'accéléra, sentant mon intimité devenir de plus en plus humide. Je défis rapidement les lacets de sa tunique, avant de la passer par-dessus sa tête, admirant pour la première fois son torse musclé. Je me penchai sur une cicatrice et la baisai tendrement.



- Prenez-moi, soufflai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 11/04/2018

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Dim 17 Juin - 16:59

J'inspirais, j'expirais, tentant de calmer mes ardeurs. Je savais bien que je ne devais pas agir ainsi avec une princesse, encore moins une qui était encore dans l'adolescence ! J'étais un homme à femmes, oui, mais je ne couchais pas avec les jeunes filles. Et même si elle semblait s'être éprise de moi, je ne pouvais pas coucher avec elle. Et elle devait cesser de me provoquer. Sinon j'allais craquer. Je ne voulais pas causer de problème entre les royautés de Rubis et Argent. Même si le Roi Filipp était très attaché à Emerick, je savais également qu'il était très protecteur de ses soeurs. Un homme avait perdu la tête pour avoir harcelé la jeune Greta, et il n'avait même pas couché avec elle. Je n'osais même pas imaginer ce qu'il me ferait subir si je faisais quelque chose qui allait à l'encontre de leurs lois sévères. Je retins mon souffle lorsque je sentis les petites mains de Katya glisser lentement sous ma tunique, caressant la peau de mon torse. Je devais me faire violence et résister à toute cette luxure.


- Ne reniez pas votre désir, Sire, me souffla la belle. C'est réciproque. Quelque chose en vous me pousse vers vous. Je ne saurais repartir vers Rubis, sans vous avoir donné ce que j'ai de plus précieux. 


Je me mordis la lèvre inférieure, luttant contre mon désir. Elle me fit pivoter vers elle, et sa petite main se posa contre ma joue. Elle était tellement menue comparativement à moi. J'avais peur de lui faire du mal. Mon regard resta bien encré dans le sien, tandis qu'elle se défaisait de sa cape. Elle était magnifique. Ses mains retournèrent bien rapidement sous ma tunique, ce qui faisait battre mon coeur à la chamade. 


- Je vous en prie, ne me refusez pas ce moment de tendresse, me souffla-t-elle. 


Complètement envoûté par son regard énigmatique, je me laissai pousser contre le sofa, et lui laissai même l'audace de grimper à califourchon par-dessus moi. Je pouvais sentir son intimité frôler mon membre douloureux. Je répondis à ses baisers avec ardeur, lui donnant ce qu'elle me demandait. 


- Aimez-moi, m'ordonna-t-elle avec la prestance d'une reine. 


Bien rapidement, je fus débarrassé de ma tunique, tandis que les lèvres de la jeune princesse s'attardaient sur l'une de mes nombreuses cicatrices. 


- Prenez-moi.


Je fermai les yeux un instant, puis je me saisis des poignets de Katya, l'empêchant de faire tout mouvement. Je posai un doux regard dans le sien. Je ne voulais pas qu'elle se sente rejetée, car ce n'était pas du tout mon intention, mais je ne voulais pas coucher avec elle. 


- Je ferai de vous une femme, si vous acceptez de m'épouser, râlais-je. 


J'allai lui voler un long et langoureux baiser. Jamais je n'avais voulu prendre femme, et c'était devant cette petite princesse que je connaissais à peine que je venais de faire la grande demande. Emerick rirait de moi, c'était bien certain. Fini toutes les femmes à la taverne ! J'allais me concentrer sur une seule, j'allais l'aimer et la chérir jusqu'à mon dernier souffle. 


- Et une fois que nos voeux seront prononcés, ajoutais-je. 


Je ne voulais pas salir sa réputation. Et puis, connaissant les deux rois, un mariage pourrait être organisé assez rapidement. Mais une chose était sûre, je voulais qu'elle reste vierge jusqu'à ce que je la transporte dans notre lit lorsque le roi nous aurait prononcé mari et femme. Je posai un doux regard dans celui de Katya. 


- Acceptez-vous de m'épouser, Lady Katya ? soufflais-je. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katya
Princesse de Rubis
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Nouvellement reine   Mar 26 Juin - 0:33

Je n'avais aucun contrôle de mon corps et de mes pulsions. Je n'avais jamais ressentis quoique ce soit pour un homme. Chaque geste était nouveau pour moi, mon coeur se débattait dans ma poitrine, j''avais peur qu'il ne la défonce. Ma mère avait tenté de me promettre à plusieurs princes et fils de seigneurs du continent, mais aucun ne m'avait renversé comme Eliott l'avait fait.



Mon âme soeur ferma les yeux, sous la pression de mon corps contre le sien. Ses mains agrippèrent mes poignets, m'empêchant soudainement de faire un seul geste. Voilà, je m'étais mis les pieds dans les plats, une fois de plus. Pourquoi n'étais-je pas comme Greta, gracieuse, timide et irrésistible? La réponse ne vint jamais, puisque le regard d'Eliott s'était noyé dans le mien. Le respectant beaucoup trop, je me refusai d'aller fouiner dans son esprit.



- Je ferai de vous une femme, si vous acceptez de m'épouser, dit-il de sa voix rauque.



Mon corps fut prit d'un frisson intense. Je ne sus quoi répondre. Oui, dis oui. Mais comme j'allais ordonner à mes lèvres de bouger, mon tendre soldat vint m'embrasser avec passion. Ses mains tenant toujours mes poignets, je ne pus lancer mes bras contre sa nuque, pour le presser contre moi. Mon coeur se débattait dans ma poitrine, j'étais remplie de joie. J'avais trouvé l'homme de ma vie.



- Et une fois que nos voeux seront prononcés, souffla mon âme soeur.



Je baissai les yeux, comprenant son point. Fil était devenu un Roi sévère et n'aimait pas du tout qu'on touche à ses soeurs. J'avais été témoin de la mort d'un homme qui avait osé poser la main sur ma soeur. J'en avais encore des cauchemars suite à cet évènement traumatisant. Mais le fait que mon frère acte en faveur de sa famille, avait fait que mon estime de lui avait remonté. Je garderais donc ma virginité jusqu'à nos noces.



- Acceptez-vous de m'épouser, Lady Katya, murmura-t-il, son regard doux braqué sur moi.



Mes joues rosirent de joie, j'avais tant espéré tomber amoureuse et épouser l'homme que j'aimais. Et c'était ce qui arrivait, comme si tous mes rêves se réalisaient en même temps. Je hochai la tête, des larmes de joie perlant aux coins de mes yeux. Je pressai mes lèvres contre les siennes avec amour, libérant mes poignets pour placer mes deux petites mains sur sa nuque, alors que je le serrais encore plus fort contre moi.



- Oui, soufflai-je. Le plus tôt possible, mon amour.



Mon esprit vogua vers ma famille. Comment réagiraient-ils? Mère voulait tant que j'épouse un prince, en particulier Mathéo d'Émeraude, mais ce dernier m'effrayait, tellement il était froid. Julian voudrait que je reste à Rubis. Emmett se ferait un plaisir de rabaisser mon choix et Filipp? Il serait capable de se venger de mon tempérament froid envers lui. La seule qui serait heureuse pour moi serait Greta. Je poussai un soupir, si une princesse devait se marier, ses parents devaient donner leur bénédiction. Et mon fiancé devrait avoir celle de son Roi.



- Il... Il va falloir ... en parler à ma mère et mon frère, murmurai-je, ce qui me faisait peur. Et en parler au Roi Emerick.



Et pourtant, au lieu de le laisser me rassurer, j’insufflai une forte vague d'amour à Eliott. Je voulais qu'il ressente ce que je ressentais. Qu'il comprenne mon admiration pour lui et sa bonne âme. Je me relevai, pour ramasser ma cape et la revêtis, avant de me rasseoir contre Eliott. Je me pressai contre son torse solide et fermai les yeux de bonheur.



- Je crois... Je t'aime...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvellement reine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvellement reine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !
» La Reine du Rock se présente !
» Un petit mot sur la reine...Haitienne du Canada

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Enkidiev :: Royaume d'Argent-
Sauter vers: