Les Chevaliers d'Émeraude

Les Chevaliers d'Émeraude, troisième génération
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mais pourquoi pleure-tu?

Aller en bas 
AuteurMessage
Lexa
Princesse de Turquoise | Hybride
Lexa

Messages : 11
Date d'inscription : 09/08/2018

MessageSujet: Mais pourquoi pleure-tu?   Lun 13 Aoû - 1:17

- FOUS LE CAMP! cria-t-il. Que je ne te revois plus ici!


Brisée et enragée, je lui criai de se faire foutre par un dragon de l'Empereur. Une dague vola et frôla mon croquant d'oreille, je répondis par un cliqueti. UN QUOI. Soudain, les cris arrêtèrent, le reste de ma famille me regardait. Mon père adoptif soufflait comme un boeuf enragé, mais son regard exprimait de la surprise. Je posai mes mains sur ma bouche, je venais de parler en insecte. Ma mère éclata en sanglots et je fis de même, mais comme elle allait se jeter vers moi, pour me prendre dans ses bras, son mari l'arrêta. J'étais une menace.  Il agrippa une lance, avant de bloquer le chemin de l'un de mes frères qui volait à ma rescousse. Hors de lui, l'homme qui m'avait élevé pointa la lance sur moi.


- Pars de mon Royaume, Insecte Perfide, tu n'es pas la bienvenue, cracha-t-il.


Tout mon corps s'illumina de mauve, mais pour une fois, je réussis à contrôler le tout, tournai les talons et partis sans demander mon reste. Je me lançai vers l'écurie et agrippai la bride de Meira, ma jument noire et grimpai en scelle. Je me lançai vers l'horizon, au galop.


- LEXAAAAA! entendis-je ma mère hurler dans mon dos.


Je savais qu'elle voulait mon retour, mais je ne pouvais lui donner ce qu'elle voulait. La raison de ce conflit, mon refus de me faire promettre à un homme. Pas que je n'aimais pas les hommes, simplement, je n'aimais pas la personne. Je voulais trouver quelqu'un qui me chavirerait et qui me ferait oublier mon ascendance insecte.


***


Après des jours de cheval, je me retrouvai dans les Forêts bordant le Royaume de Cristal. Je me dirigeai vers la grève. J'attachai la bride de Meira contre un arbre et me dirigeai vers la mer. Mon but premier était de m'y purifier, mon second, de m'y noyer. Je retirai les pantalons de cuir moulants noirs que je portais et la tunique de la même couleur. Le village le plus proche se trouvait à des kilomètres, donc personne ne m’importunerait ici. Je marchai lentement vers l'océan, m'enfonçant jusqu'à la taille. L'air salin caressait la peau blanche de mes petits seins rebondis. Je poussai un soupir, avant de m'immerger. Je revins à la surface et sentis une présence dans mon dos. Je me retournai vers une jeune femme, en train de caresser l'encolure de mon cheval.


- Hey! m'écriai-je, en lui faisant des signes. Que veux-tu à ma jument?


Je nageai vers la plage, mais un violent courant m'emporta. Je commençai à nager rageusement contre ce dernier, mais rien à faire, la plage devenait de plus en plus petite. Je poussai un hurlement de terreur, me sentant aller vers ma mort. Je levai une main entourée d'une lueur mauve et laissai aller un rayon incandescant de cette couleur. Cela attira l'attention de l'étranger ou l'étrangère, mais je sentais déjà mes forces me quitter. Je me laissai soudain aller, sentant qu'il n'y avait rien à faire pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annabelle
Chef des Sorcier d'Irianeth
Annabelle

Messages : 12
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: Mais pourquoi pleure-tu?   Dim 21 Oct - 12:29

J'en avais marre de recevoir des ordres de la part de l'Empereur et de son humaine. Martha. Plutôt que de m'utiliser à ma juste valeur, on me lançait dans les pattes de l'ennemi. Plus je revoyais ces soldats vêtus de vert, plus les souvenirs de cette stupide Annabelle revenaient à la surface. Malgré toute la magie noire que j'avais bien pu utiliser pour prendre possession de cette poupée, j'avais bien peur que parfois, elle soit plus forte que moi. Par contre, je savais très bien que dans ce monde, l'équilibre entre le bien et le mal était parfait. Jamais elle ne pourrait me supplanter et reprendre son corps, malgré toute sa bonne volonté. En même temps, jamais je ne saurais l'expédier sur les Grandes Plaines de Lumière afin de la posséder entièrement. Je croyais même que je préférais cela. La torturer. Lui montrer tout ce que je ferais subir aux siens. Et surtout, lui montrer que son précieux âme soeur avait épousé son ancienne écuyère après l'avoir engrossée. Elle souffrait. Et plus elle souffrait, plus je me sentais forte. 


Personne ne savait d'où je venais réellement. Même mes maîtres ne le savaient pas. En fait, je n'étais même pas de leur monde. Je venais d'une galaxie confectionnée par Strigilia, le dieu-crabe. Un des fils d'Abussos. J'étais une sorcière qui pouvait prendre la forme de ce qu'elle voulait. Au départ, j'étais née sirène. Rapidement, mes pouvoirs m'ont élevée au-dessus de tous et j'ai régné en inspirant la terreur, jusqu'à ce que notre monde soit détruit par Tramail, l'entité maléfique, l'autre partie de Patris, le père fondateur. Son côté obscur. Ayant ressenti son énergie de bien loin, je m'étais empressée de m'évanouir en fumée à la recherche d'un nouveau monde. Et j'étais atterrie ici, dans le monde de Lessien Idril et Abussos. J'ai longuement erré dans ce monde, attendant le bon moment pour frapper. Et c'était le corps de cette hybride qui allait tout me donner. Qui allait m'offrir ce monde sur un plateau d'argent.


Je passai une main au-dessus de mon chaudron, à la recherche de la fille de l'Empereur. Il m'avait demandé de la retrouver. Je la vis alors, en train d'entrer dans l'eau de la marre salée. Ne perdant pas de temps, je me matérialisai à sa proximité, tout près d'un cheval noir. Doucement, je commençai à en caresser l'encolure, tout en sondant la jeune fille dans l'eau. 


« Hey ! entendis-je alors au loin. Que veux-tu à ma jument ? »


Je souris diaboliquement, avant de donner un petit coup de pouce au courant, afin d'entraîner la jeune femme plus profondément vers le large. Je me croisai alors les bras, regardant le petit point que dessinait son corps rétrécir de plus en plus. Je n'allais tout de même pas ramener un être absolument nul au maître. J'allais d'abord m'assurer qu'elle avait un certain talent en magie. De plus, je voulais m'assurer d'avoir sa confiance. C'est alors qu'une petite main lilas sortit de l'eau, projetant un jet puissant dans le ciel. Je plongeai aussitôt dans l'eau. Mon esprit de sirène prit le dessus, et je transformai mes deux petites jambes en une magnifique queue, afin de me propulser plus rapidement vers la fille. Puissante, je la rejoignis en quelques minutes à peine. Je glissai mes bras sous ses aisselles, avant de la ramener vers la plage, en faisant bien attention de garder sa tête au-dessus de l'eau. 


Revenues sur la rive, je fis disparaître ma longue queue d'un rose pâle, et je couchai la jeune fille sur le dos. Magiquement, j'enlevai l'eau qui obstruait ses voies respiratoires, et elle revint lentement à elle. Ce fut seulement lorsqu'elle ouvrit les yeux que je fus frappée de stupeur. Elle n'avait pas des yeux humains. Ni des yeux d'insecte. Elle avait des yeux de sirène ! Je passai une main magique au-dessus d'elle, et je sentis mon énergie en elle. Elle était la fille de la reine de Turquoise. Ma fille. Je me souvenais très bien avoir pris possession de son corps, puis je m'étais arrangée pour attirer Kristoff jusqu'à elle. Il m'avait fait un enfant, puis était reparti. J'avais ensuite quitté le corps de la reine et je l'avais ensorcelée pour qu'elle prenne soin de la petite. Lexa... J'avais perdu sa trace rapidement, donc j'avais cru qu'elle avait péri. 


« Je... Tu vas bien? réussis-je à dire, bien qu'impressionnée de me retrouver devant mon enfant. »


HJ / Si vous ne comprenez pas mon personnage ou tous ceux mentionnés dans mon post, écrivez-moi, il me fera un plaisir de vous renseigner. Ce sont des personnages qui sont dans les Chevaliers d'Antarès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexa
Princesse de Turquoise | Hybride
Lexa

Messages : 11
Date d'inscription : 09/08/2018

MessageSujet: Re: Mais pourquoi pleure-tu?   Mer 31 Oct - 22:14

J'allais mourir. Mon père adoptif aurait l'esprit en paix, ma mère n'aurait plus à s'inquiéter de ma personne. Je n'étais qu'un fardeau, je n'aurais jamais dû naître. Soudainement, l'idée de me noyer et de mourir dans l'océan ne me paraissait plus autant effrayante. Comme si je rentrais chez moi, d'une certaine façon. Être un hybride signifiait ne se sentir chez sois nul part, je me sentais bien dans les vagues, comme si elles m'entouraient d'amour.


J'avais cessé de me débattre, je suivais mon destin. J'irais vers les Grandes Plaines de Lumière, où j'aurais la liberté d'être et de vivre comme je l'entendais. Une dernière vague m'entraîna vers les fonds marins, comme si on me prenait par la main. Je me laissai entraîner dans l'inconscience, lorsque deux bras passèrent sous mes aisselles et me ramenèrent à la surface. Je sentais que la mort tirait sur mes bras, pour me garder avec elle et que la vie tirait sur ma taille, pour me ramener. À moitié morte, je sentis que l'on déposait mon corps physique sur la plage.


Quelques secondes plus tard, l'eau de mes poumons ressortit en fontaine de ma bouche. La vie remplit mon être et je rouvris mes yeux de nuit. Je vis une femme au-dessus de moi, magnifique. Avec de longs cheveux noirs et ... la même sauvagerie que moi dans son regard. Elle semblait aussi surprise que moi. Comme si j'étais une vision d'une vie passée. La dame illumina sa paume d'une lumière mauve pâle et la passa par-dessus mon corps, qui fut pris d'une douce chaleur.


- Je... Tu vas bien? demanda la belle Dame.


Je me redressai en position assise, avant de baisser honteusement la tête. Ouais, j'allais bien. Je n'avais juste nulle part où aller vivre. Je serrai mes poings pour cacher mes griffes, afin de ne pas l'effrayer. Mais je ne sentais pas de méfiance de sa part et je ne me sentais pas plus menacée.


- Oui... soufflai-je. Navrée de vous avoir... enfin....


Je pointai son aspect détrempé de mon menton, avant de relever un regard tout doux sur elle. Je défis mes poings. Mes capacités magiques semblaient bouillonner en moi, avec sa présence. Comme si mon énergie reconnaissait la sienne, mais cette dame ne me disait absolument rien. Je levai ma paume vers elle et l'illuminai de lilas, avant de la passer près d'elle. Je ne savais pas du tout ce que je faisais, simplement imiter ce que la magicienne avait fait. Je ressentis la chaleur de nouveau.


- Merci de m'avoir.. sauvée, je suis Lexa... dis-je. Vous êtes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annabelle
Chef des Sorcier d'Irianeth
Annabelle

Messages : 12
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: Mais pourquoi pleure-tu?   Dim 2 Déc - 15:59

Je ne savais pas comment agir en présence de mon enfant. Je ne savais pas si je devais lui avouer qui j'étais, ou tout simplement la ranger de mon côté. J'avais voulu créer un être puissant, un petit quelqu'un qui serait juste à moi, mais la vie m'avait réservé autre chose. J'avais laissé une autre femme en prendre soin, et j'étais dégoûtée de ressentir le rejet en elle. Une chose était sûre; j'allais retrouver la personne qui l'avait méprisée et j'allais mettre fin à ses jours. Personne ne maltraitait la chair de ma chair sans en payer les conséquences. 


Ma fille se redressa, quelque peu chancelante. Je sentais la magie bouillonner en elle. Personne en ce monde ne pouvait lui montrer comment maîtriser ses pouvoirs de sirène, excepté moi. Et je ne pouvais pas faire cela sans révéler ma véritable nature, ce qui pourrait m'attirer biens des ennuis. En même temps, je me sentais détruite de l'intérieur lorsque je voyais ce que la vie avait réservé à mon enfant. Dans mon monde, les sirènes étaient vénérées, et non maltraitées.


« Oui... murmura finalement Lexa. Navrée de vous avoir... enfin... »


Je lui souris avec tendresse. Je sentais que je la perturbais. J'avais envie de la serrer dans mes bras, mais je ne pouvais pas faire cela sans révéler qui j'étais. Je ne savais pas encore sur quel pied danser. Une chose était sûre; je n'allais pas la ramener à Kristoff. Je lui dirais qu'encore une fois, j'avais échoué ma mission. De toute façon, je n'avais pas peur de lui. Ses pouvoirs étaient inférieurs aux miens. Il ne le savait simplement pas. 


Lexa fit danser une lumière lilas sous mes yeux. J'en profitai pour la sonder plus longuement. Elle avait beaucoup plus de pouvoirs insectes que de pouvoirs de sirène, mais sa puissance était impressionnante. 


« Merci de m'avoir... sauvée, je suis Lexa, se présenta-t-elle, même si je connaissais déjà son nom. Vous êtes ? »


Je ne pouvais pas me présenter en tant qu'Annabelle, même si c'était rendu mon nom en ce monde. Sans doute pourrais-je utiliser mon véritable nom. Je ne l'avais pas prononcé depuis de longues années. Il était oublié, puisque mon chez moi n'existait plus. Je pris place sur le sable aux côtés de mon enfant, face aux vagues. 


« Je m'appelle Joélie, lui souris-je. »


Chez moi, ce prénom était utilisé pour faire peur aux enfants. S'ils n'écoutaient pas leurs parents, la méchante sorcière-sirène Joélie viendrait leur faire du mal. Évidemment, c'était faux. Je ne faisais pas de mal aux enfants. J'étais seulement crainte. En fait, pour la plupart des gens, je n'étais qu'une légende. Mais pour mon peuple, j'étais bien réelle, et je n'hésitais pas à opposer mes idées à celles des dirigeants. Évidemment, je gagnais toujours. 


« Tes yeux sont magnifiques, la complimentais-je alors. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexa
Princesse de Turquoise | Hybride
Lexa

Messages : 11
Date d'inscription : 09/08/2018

MessageSujet: Re: Mais pourquoi pleure-tu?   Ven 14 Déc - 23:14

La femme qui m'avait sauvé était absolument magnifique, je me sentais éternellement liée à elle. Pas sexuellement, mais comme si je la connaissais depuis toujours. Chose qui était impossible, puisque je ne l'avais jamais vu de toute ma vie. En fait, j'avais passé le plus clair de ma vie avec ma mère et mon frère Adam. Puis Massi était arrivée, son accident quelques années plus tard, mon frère et moi avions pris soin d'elle. Je savais que mon frère espérait l'épouser, lui hériterait de Turquoise, moi de rien. Ma vie ne valait rien nulle part.


La femme s'assit à côté de moi, en regardant les vagues violentes. Je me surpris à trouver le son des vagues extrêmement relaxant, même si je venais de pratiquement mourir en elles quelques minutes plus tôt. Je ne savais simplement ce qui se passait avec ma personne.


- Je m'appelle Joélie, dit-elle, avec un sourire rassurant.


Son nom sonnait comme de la musique à mes oreilles. Aucune idée pourquoi. En fait, il y avait tellement de choses que je ne comprenais pas, tellement de similarités entre cette femme et moi. Je ne savais où en avoir la tête. Si je laissais mon cerveau aller, je penserais que cette dame, qui m'avait sauvé, était ma grande soeur ou quelque chose comme cela.


- Tes yeux sont magnifiques, dit la dame, tout doucement.


C'était la première fois qu'on me complimentait sur mes yeux. En fait, on disait toujours que mes yeux faisaient peur et que je rendais les gens mal à l'aise. On me disait aussi qu'on détestait mes griffes, en fait, mes ongles. J'étais le produit d'une erreur, en fait, non, c'était moi l'erreur. Je relevai mon regard vers Joélie. C'était la première fois que je plantais mon regard dans celui de quelqu'un qui ne me connaissait pas.


- Personne ne m'a complimenté sur mes yeux, avant... soufflai-je.


Je baissai la tête sur le côté, en essayant de comprendre ce qui nous liait. Je desserrai les poings, je relevai un regard honteux sur Joélie. Des larmes montèrent dans mes yeux, alors que son regard glissait sur mes mains. J'étais prête à la voir déglutir. Pourtant, cela n'arriva pas. Elle ne faisait que les regarder, comme si c'était des ongles normaux.


- Personne ne m'a fait de compliments dans ma vie, murmurai-je. Ma mère me disait que j'étais jolie, mais je suis sûre que je l'effrayais. J'ai toujours été traité comme une paria. Je suis supposée être une princesse, mais je ne suis ni gracieuse, ni belle, ni douce. Je suis agressive et aventureuse.


Le vent caressait ma peau et faisait virevolter mes cheveux noirs. Maladroitement, j'essuyai mes larmes.


- J'ai l'impression que je n'appartiens pas à ce monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annabelle
Chef des Sorcier d'Irianeth
Annabelle

Messages : 12
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: Mais pourquoi pleure-tu?   Mar 1 Jan - 15:07

Évidemment qu'ils étaient magnifiques, puisqu'il s'agissait de yeux de sirène. Mes yeux, pour être plus précise. Ils étaient signe d'une puissance sans borne. J'avais hâte de développer le potentiel magique de mon enfant, de lui montrer son héritage, mais je ne devais pas être trop pressée. Je devais prendre mon temps, car je ne devais pas me révéler trop rapidement. Je pouvais ressentir absolument tout ce que ma fille pouvait bien sentir. Je sentais sa honte, son dégoût d'elle-même, son incompréhension devant son apparence et ses pouvoirs. Elle ne comprenait pas pourquoi elle pouvait bien ressembler à cela. J'aimerais pouvoir lui expliquer, mais même moi, je ne saisissais pas tout. Je ne savais pas ce qu'un hybride qui provenait du monde d'Achéron et de celui de Strigilia pouvait bien accomplir. Je savais par contre qu'elle était très puissante. 


« Personne ne m'a complimenté sur mes yeux, avant... avoua Lexa en un souffle. »


C'était parce que personne ne savait ce qu'ils étaient. Chez moi, les sirènes étaient respectées, des idoles de beauté. Mon coeur se serra alors que je vis des larmes emplir les yeux de ma jeune fille. Elle avait peur que je la repousse, que je la trouve laide, que quelque chose chez elle me fasse peur, mais jamais cela n'arriverait. Car elle était simplement magnifique. 


« Personne ne m'a fait de compliments dans ma vie, chuchota ma petite hybride. Ma mère me disait que j'étais jolie, mais je suis sûre que je l'effrayais. J'ai toujours été traitée comme une paria. Je suis supposée être une princesse, mais je ne suis ni gracieuse, ni belle, ni douce. Je suis agressive et aventureuse. J'ai l'impression que je n'appartiens pas à ce monde... »


Je lui souris avec tendresse, avant de replacer une mèche rebelle derrière son oreille. J'allais la cacher ici. J'allais la cacher à Ipoca et lui donner un entraînement digne de son rang. Je devais d'abord lui apprendre à faire apparaître sa queue et ses branchies. Elle était hybride, alors sa partie insecte craignait l'eau, mais aussitôt qu'elle apprendrait qu'elle était une sirène, je n'avais aucun doute sur ce qu'elle pourrait accomplir. Plutôt que d'avoir des faiblesses, elle pourrait utiliser les forces des deux races et combinées, elle serait invincible. 


« Tu es belle, gracieuse et douce, tout en étant agressive et aventureuse, mon enfant, lui dis-je. Si tu savais qui tu étais, tu comprendrais que chaque trait de ta personnalité représente ce que tu es au fond de toi. »


Magiquement, je creusai un petit étang pour le remplir d'eau de mer. Nous en avions jusqu'à la taille. Puis, sans lâcher le magnifique regard de mon enfant, je me métamorphosai en sirène. Mes yeux devinrent alors comme les siens, alors que ma puissante queue emplissait l'endroit. Mes écailles étaient roses pâles, comme l'était ma chevelure lorsque j'étais toujours dans le monde de Strigilia. La queue de ma fille serait donc aussi noire que sa chevelure. Jamais je n'avais vu de sirène avec une telle queue. Elle serait unique et magnifique. 


« Tu peux faire la même chose, lui dis-je d'une voix rassurante. Il te faut seulement de l'eau salée, et le désir de le faire. »


Je repris alors l'apparence d'Annabelle. Je voyais bien que ma métamorphose avait surpris Lexa au plus haut point. Premièrement, je l'avais vue fixer mes yeux. Ils étaient comme les siens. Jamais elle n'avait rencontré quelqu'un avec les mêmes yeux qu'elle. 


« Tu es une sirène, Lexa, lui avouais-je. Tu ne viens pas de ce monde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexa
Princesse de Turquoise | Hybride
Lexa

Messages : 11
Date d'inscription : 09/08/2018

MessageSujet: Re: Mais pourquoi pleure-tu?   Dim 6 Jan - 16:59

Je n'avais rien de bien en moi, pourquoi cette magnifique femme s'en faisait pour moi. Je ne valais pas la peine qu'on s'en fasse. J'étais une bâtarde, une rejetée et surtout crainte, lorsqu'on posait les yeux sur moi. Mon père adoptif avait tenté de me promettre, mais qui voulait d'une épouse portant des traits insectes et se refusant de porter des robes et être féminine? Personne.


Le sourire de Joélie vint remplir mon coeur de joie. Chose que je n'avais jamais ressentis avant. En fait, pas grand monde me souriait, ou me lançait un sourire aussi honnête et doux. Sa main prit une petite mèche rebelle, avant de la cacher derrière mon oreille. Son regard ne quittait pas ma personne, ce n'était pas comme le regard des autres, le sien semblait heureux et triste à la fois. Comme celui de ma mère. Je me sentais tellement bien et à nue, j'aurais aimé qu'elle me prenne dans ses bras et me promette une meilleure existence. Mais Joélie n'avait pas de contrôle sur ça.


- Tu es belle, gracieuse et douce, tout étant agressive et aventureuse, mon enfant, dit la belle dame. Si tu savais qui tu étais, tu comprendrais que chaque trait de ta personnalité représente ce que tu es au fond de toi.


J'étais un insecte, c'était sûr. J'étais froide et agressive. J'étais méchante, je cherchais la perte des autres. Je ne remarquai qu'à la dernière minute, qu'un petit bassin d'eau de mer s'était creusé autour de nous. Ce devait être ma sauveuse. Puis Joélie changea. Ses yeux prirent la même apparence que les miens et une queue rosée prit la place de ses jambes. Ses cheveux prirent la même teinte que sa queue. Malgré cette transformation plus qu'extraordinaire, je n’avais pas peur.


- Tu peux faire la même chose, dit ma nouvelle amie. Il te faut seulement de l'eau salée, et le désir de le faire.


Joélie reprit son apparence, celle d'une humaine magnifique, mais son apparence de sirène lui allait bien mieux. Mon regard s'était accroché à ses yeux, pareils aux miens. Personne n'avait des yeux comme les miens. Ils inspiraient la peur et la méfiance. De son apparence, c'était la seule chose qui m'avait troublée.


- Tu es une sirène, Lexa, murmura Joélie. Tu ne viens pas de ce monde.


Eum, non. Je n'étais pas née avec une queue, ma mère me l'aurait dit et je serais morte à la naissance. Mon père n'aurait pas tolérer une queue. De plus, j'étais née à Turquoise, donc sur Enkidiev. J'appartenais à ce monde. Ce n'était pas parce que j'avais dit que je me sentais comme un extra-terrestre que je l'étais! Lady Joélie se fichait de moi.


- Non, dis-je en secouant la tête. Je suis hybride, insecte et humaine. L'empereur aussi. Il a violé ma mère, la Reine Astrid de Turquoise. Et je suis née... Je ne peux pas être une sirène, je déteste l'eau.


Des larmes avaient remplis mes yeux noirs, alors que je m'obstinais à refuser ce que ma sauveuse disait que j'étais. Il n'y avait pas de sirène à Enkidiev. Je plongeai un regard fou de rage dans celui de Joélie, de quel droit se donnait-elle pour me dire qui j'étais? La belle dame baissa les yeux, avec un sourire, vers le fond du bassin d'eau. Ma peau qui normalement aurait été parsemée de frisson avait laissé sa place à une longue queue noire aux reflets bleutés. Comme mes cheveux.


- C'est impossible, pleurai-je. Les sirènes existent pas. Ça peut pas exister!


Je relevai un regard suppliant sur la belle dame. Si elle me lançait un sort, elle devait arrêter. Pourtant, quelque chose avec mon nouvel appendice me disait que cela était ma vraie nature. Je baissai les yeux sur ma queue, les reflets bleus dansaient avec les vaguelettes. Je relevai un petit sourire triste.


- Elles viennent d’où, les sirènes ? demandai-je, entre deux reniflements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mais pourquoi pleure-tu?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mais pourquoi pleure-tu?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais pourquoi tout le monde s'endort ?
» Heu... J'ai jamais bu de bière, mais pourquoi pas ! [PV Silver]
» Tu peux être ami(e) avec une coccinelle ou une humaine, si tu veux. Mais pourquoi pas les deux en même temps ? 8D
» Tu m'as pris en grappe, mais pourquoi ? [Défi]
» Des retrouvailles (pv Crépuscule mais pourquoi pas libre au chevaux indiens)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Enkidiev :: Royaume de Cristal-
Sauter vers: