Les Chevaliers d'Émeraude

Les Chevaliers d'Émeraude, troisième génération
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deux âmes perdues [Arya et Tristan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Arya
Chevalier d'Émeraude
Arya

Messages : 12
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Deux âmes perdues [Arya et Tristan]   Dim 14 Oct - 22:52

Célestia avait désertée, une fois de plus, elle avait simplement disparut sans laisser de trace ou de mot. Tout l'Ordre avait tenté de la retrouver en usant de nos sens magiques et personne ne réussit. Normalement, cela m'aurait rempli de joie, mais bientôt, nous fûmes tous envahis par la tristesse intense de Tristan. Moi qui étais amoureuse de lui, je ne savais plus quoi penser. Malgré ma jalousie et ma haine de l'hybride fée, je ne souhaitais que le bonheur de Tristan.


Son malheur et sa confusion m'accompagnaient partout où j'allais. Impossible de m'en défaire. Comme si mon esprit s'était automatiquement connecté au sien et refusait de s'en défaire. Même si j'étais incapable de bloquer le tout, je n'osais pas aller le voir et lui apporter mon support. Il devait penser que je le détestais, pourtant j'avais participé intensément aux recherches. Et malgré le fait qu'il avait choisi ma soeur d'armes au lieu de moi, je continuais de l'aimer de plus en plus chaque jour.


Accotée contre le rebord de ma fenêtre, mon regard perdu dans l'horizon, je fus assaillie par un raz-de-marée d'émotions provenant de Tristan. Je fermai les yeux, faisant du mieux que je pouvais pour bloquer le tout, impossible. J'essuyai une larme, au coin de mon oeil, le sentir aussi meurtri me blessait tout autant. Tout ce que je voulais, c'était le prendre dans mes bras. Le petit matin commençait à se pointer le bout du nez. Je sautai sur mes pieds.


Seulement vêtue d'une tunique verte, je sortis pied nus de ma chambre. Une petite brise fraîche fit lever mes cheveux roux et je frissonnai. Je me connectai aux émotions de mon ami et les suivirent, pour finalement monter vers l'étage royal. Je m'arrêtai devant la porte des appartements princier. Tristan s'y trouvait, je pouvais le sentir. Je posai ma main à plat sur la porte, les yeux remplis de larmes. Je n'avais jamais été aussi sensible aux émotions d'un humain, je m'étais toujours bloquée à ces dernières. Mais avec Tristan, j'étais incapable. Je pris une grande inspiration. Ma main forma un petit poing et je cognai trois petits coups sur la porte. Personne ne répondit.


- Tristan? dis-je d'une voix infiniment douce. Je sais... Je sais que tu es là. Ouvre-moi... C'est Arya .


La porte s'ouvrit à la volée et mon beau prince apparut. Son apparence n'était plus aussi princière que d'habitude, ses yeux étaient rougis par les larmes. Sa barbe moins lustrée. Il semblait... humain. Je levai un regard infiniment triste sur lui, ses sourcils étaient froncés. Sans dire un seul mot, je le pris dans mes bras et fis quelque chose que je n'avais jamais fait. Je lui transmis ma première vague d’apaisement. Doucement, je le poussai vers l'intérieur et refermai la porte magiquement derrière moi.


- Je sais ce que tu ressens, murmurai-je. Quand ... Quand j'ai perdu mon père... J'ai perdu la seule personne qui m'aimait... Je suis là et je...


Qu'allais-je lui dire? Je t'aime? Non, il ne fallait pas. Ce n'était pas le moment. Je réussis à le faire asseoir sur un sofa de velours émeraude et m'assis près de lui, toujours en le tenant contre moi.


- Je suis là et je ne t'abandonnerai pas, chuchotai-je, d'un ton rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan
Prince héritier d'Émeraude | Chevalier d'Émeraude
Tristan

Messages : 11
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: Deux âmes perdues [Arya et Tristan]   Mar 23 Oct - 18:21

Un mois après mes fiançailles avec Célestia, elle était disparue de la carte. Mes pouvoirs n'étant pas les plus puissants, j'avais demandé aux membres de l'Ordre de m'aider à la retrouver. Personne n'y était parvenu. Pas même pas mère. Cela en disait long sur les intentions de Tia. Quelques jours même avant le grand mariage royal, elle s'était enfuie. Elle avait déserté. La Reine l'avait appris en se connectant à l'anneau que j'avais offert à ma fiancée. Depuis, j'étais enfermé dans mes appartements. J'étais incapable d'en sortir. J'avais tout offert à cette femme, mais elle m'avait laissé tomber. J'avais mal. Heureusement pour moi, mon écuyère avait été expédiée en lieu sûr par Nathan, car j'aurais été tout simplement incapable de m'occuper d'elle. Ma mère me faisait porter mes repas, car je refusais de la voir. Ils s'empilaient tout simplement à l'entrée de ma chambre. Même mon chef avait tenté de me réconforter, mais il n'y avait rien à faire. Je m'étais fait avoir, encore une fois. Je croyais qu'elle était mon âme soeur, et qu'elle régnerait avec moi sur Émeraude. Je m'étais trompé. Elle m'avait trompé.


Cela faisait maintenant plusieurs jours que j'étais enfermé ici. J'étais triste. Et j'étais en colère. Tout ce qui me passait par la tête... Rien de cela n'était digne de l'Ordre d'Émeraude. Je ne voulais pas que mes frères et soeurs d'armes me voient dans un tel état. J'avais terriblement honte. 


J'étais couché sur le sol, sur le dos, et je fixais mon plafond. Je n'avais plus rien à démolir pour évacuer ma colère. Tout mon mobilier y avait passé, et plusieurs fois d'ailleurs. Mon estomac criait famine, mais j'étais incapable de manger sans tout vomir. Mes yeux brûlaient à cause des larmes. Je n'osais même plus croiser un psyché. En fait, je n'en avais plus. Ceux qui avaient existé étaient morcelés au sol. 


Trois petits coups cognés à ma porte me firent sursauter. Plus personne n'osait venir cogner. Pas même pas mère. Je restai silencieux, surpris de capter l'énergie d'Arya. Depuis quand se souciait-elle de la douleur des autres ? À moins que c'était Mylena qui l'envoyait... 


« Tristan ? entendis-je alors. Je sais... Je sais que tu es là. Ouvre-moi... C'est Arya. »


La voix était si douce, que je commençais à avoir des doutes que c'était Arya qui se trouvait derrière cette porte. Malgré tout, je trouvai la force de me lever. J'ouvris la porte si brusquement que je m'étonnai qu'elle ne sorte pas de ses gonds. Alors que je m'attendais à un sermon de sa part, je fus plutôt surpris lorsqu'elle me prit dans ses bras pour me transmettre une vague d'apaisement. Je me sentis subitement plus léger. La Chevalière me ramena dans ma chambre et referma la porte derrière elle. 


« Je sais ce que tu ressens, me dit-elle sur le même ton doux. Quand... Quand j'ai perdu mon père... J'ai perdu la seule personne qui m'aimait... Je suis là et je... »


Je la fixais, luttant contre mes larmes. J'étais surpris de l'attitude d'Arya à mon égard. Elle avait toujours été plus... comment dire ? Sauvage que les autres. En fait, je m'étais toujours demandée pourquoi elle servait l'Ordre. Elle avait plutôt la trempe pour servir sous les ordres de ma mère. Elle me surprenait tellement, que je la laissai m'asseoir contre un sofa de ce qui était mon salon, elle à mes côtés. 


« Je suis là et je ne t'abandonnerai pas, murmura Arya avec tendresse. »


J'éclatai alors en sanglots, et elle resserra son emprise sur moi. J'avais enfin mis mes activités de jeunot de côté pour marier une femme, et elle me quittait sans plus de façon. J'avais envie de baiser toutes les femmes de ce monde, de leur faire de fausses promesses pour ensuite toutes les laisser tomber. J'avais envie de me venger. Mon esprit en venait même à espérer qu'un jour, je puisse tuer Célestia. Ce n'était pas digne d'un Chevalier d'Émeraude tout ça. Mais je n'en étais pas réellement un. J'étais seulement un prince qui avait voulu en devenir un, et comme il avait toujours tout ce qu'il voulait, il avait intégré l'Ordre. 


« Pourquoi t'es là ? articulais-je enfin. Je suis qu'un petit prince trop gâté que le karma vient de rattraper. J'ai tout ce que je mérite. »


C'était ce que je me répétais depuis des jours. Je ne savais même plus si c'était vrai. Je savais juste que j'avais mal. Et je n'avais jamais été très bon pour extérioriser la douleur. Je relevai alors un regard rougi sur mon amie, puis je lui volai un premier baiser, puis un deuxième. Ma main glissa alors sous sa tunique, pour aller caresser l'un de ses seins. 


« Fais-moi oublier, la suppliais-je de ma voix rauque. »


Je ne voulais pas lui faire de mal, ni jouer avec elle, elle était seulement au mauvais endroit au mauvais moment. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya
Chevalier d'Émeraude
Arya

Messages : 12
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Deux âmes perdues [Arya et Tristan]   Dim 11 Nov - 22:22

Je n'étais pas une mauvaise personne, j'avais un coeur et des émotions, ce que bien des gens ignoraient. Si quelqu'un avait été capable de voir cela, c'était bien Tristan. Malgré le fait que toute notre jeunesse et notre adolescence, nous avions un grand respect et une grande amitié l'un pour l'autre. Cette amitié s'était développée en amour pour moi. Lui continuais de papillonner de femme en femme. Puis il vit la lumière des âmes soeur autour de Célestia.


J'ai longtemps pensé que tout était fini, puisqu'il était hypnotisé par l'hybride. Puis cette dernière avait déserté, pour la première fois, et cela m'avait rapproché de Tristan. Nous avions même failli coucher ensemble, mais Célestia était revenue dans le portrait. Maintenant qu'elle était partie pour toujours, je voyais une occasion de me rapprocher de mon beau prince. Mais, je n'allais pas utiliser cela, j'allais être son amie avant tout.


Tri finit par éclater en sanglots amers dans mes bras, alors que je resserrais mon étreinte autour de lui. Je sentais une colère énorme en lui, quelque chose qu'on se serait attendu à ressentir en moi, pas lui. Je voulais lui enlever cette colère, il ne méritait pas de souffrir ainsi.


- Pourquoi t'es là? demanda-t-il, au travers de ses larmes. Je suis qu'un petit prince trop gâté que le karma vient de rattraper. J'ai tout ce que je mérite.


Je voulus pleurer avec lui, mais l'un de nous devait être fort pour l'autre. Je sentais sa souffrance jusqu'au plus profond de mon être, je voulais aspirer tout cela hors de lui. Il ne méritait pas d'avoir mal, j'étais celle qui méritait de souffrir. Tristan releva son visage vers le mien, son regard était rougi, il posa un doux baiser contre mes lèvres. Un deuxième vint se poser après. Sa main se faufila sous ma tunique, pour se poser contre mon sein, qu'il caressa tendrement.


- Fais-moi oublier, murmura-t-il en un râle.


Je savais que c'était sa réponse à sa souffrance. Mais sa main contre mon sein, mon petit mamelon était tendu contre sa paume, alors que je m'entendais gémir doucement. Chaque parcelle de ma peau était plus sensible que les humains, chaque toucher était intense pour moi. D’instinct, ma main se posa contre mon intimité humide. Comme j'allais me donner un moment de plaisir devant lui, je revins à moi et secouai la tête.


- Tristan... soufflai-je. Ne fais pas ça...


Ma main se posa sur son poignet, mon regard innocent se plongea dans le sien. Des larmes perlèrent au coin de mes yeux, je retirai sa main de ma tunique, avant de m'agenouiller sur le sofa près de lui. Je retournai son visage vers le mien, mes mains caressant ses joues. Je posai mon front contre le sien, lui transmettant une vague d'amour.


- Oublier fais encore plus mal, murmurai-je. Tu ne méritais pas ce que Célestia t'as fait, mais tu es bien plus fort que cela. Je ne t'abandonnerai pas, je vais t'aider à passer au travers.


Je posai un doux baiser sur ses lèvres, je l'aimais, mais je n'irais pas plus loin que l'embrasser. Je l'attirai de nouveau dans mes bras, lui transmettant le plus de courage possible. Je pouvais effacer certains souvenirs, mais je n'étais pas capable d'effacer des choses énormes. Je me sentais faiblir, alors que je lui envoyais vagues d'apaisement sur vagues d'apaisement.


- Je t'aime, Tristan, soufflai-je.


Je fermai les yeux, posant ma joue contre le dessus de sa tête, le berçant doucement contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan
Prince héritier d'Émeraude | Chevalier d'Émeraude
Tristan

Messages : 11
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: Deux âmes perdues [Arya et Tristan]   Lun 31 Déc - 16:00

Je n'avais jamais autant souffert. En fait, je souhaitais n'avoir jamais rencontré Célestia. Et surtout, de ne jamais l'avoir demandée en mariage. Malheureusement pour moi, tout était réel. Trop réel. Ma mère m'avait proposé de diminuer les souffrances de mon coeur, mais je ne voulais pas de sa magie noire. Je n'en voulais plus. Elle faisait souffrir mes frères et soeurs d'armes. Je voulais tellement qu'elle accepte le mariage entre Tia et moi, que je n'avais jamais réagi à ses actes. Maintenant, tout serait différent. J'allais aider mon Chef. Bien sûr, j'allais jouer le jeu du côté de ma mère. Je ne voulais pas qu'elle souffre non plus, mais je voulais qu'elle arrête de tyranniser les personnes que j'aimais le plus au monde. 


Je sentais les battements de mon coeur accélérer dans ma poitrine, alors que mon souffle se faisait plus court. Lentement, mes caresses entraînaient Arya sur un terrain glissant. Je savais bien que ce n'était pas le moment de coucher avec elle. Mais comme je savais qu'elle était éperdument amoureuse de moi, je savais que ce serait facile de l'avoir et de la baiser. Elle était seulement au mauvais endroit au mauvais moment. Je ne voulais pas me servir d'elle, mais si elle s'offrait facilement alors là...


« Tristan... murmura Arya. Ne fais pas ça... »


Elle avait cessé tout mouvement. Sa tête lui disait d'arrêter. mais je sentais bien que son coeur et son corps lui dictaient autre chose. Avec tendresse, elle se saisit de mon poignet et plongea son regard dans le mien. J'avais juste envie d'éclater de nouveau en sanglots, mais ce n'était pas digne d'un prince. Je devais me ressaisir, et vite. Elle posa son front contre le mien, et je sentis une puissante vague d'amour me traverser. Je me sentis en partie soulagé. 


« Oublier fait encore plus mal, me souffla-t-elle. Tu ne méritais pas ce que Célestia t'a fait, mais tu es bien plus fort que cela. Je ne t'abandonnerai pas, je vais t'aider à passer au travers. »


Ses lèvres se posèrent alors contre les miennes en un doux baiser. Si doux, que j'en oubliai tout autour. Arya m'attira dans ses bras, où j'éclatai de nouveau en sanglots. Je pouvais sentir qu'elle m'envoyait des vagues d'apaisement. Je tentai de lutter pour ne pas m'endormir, mais lentement je me sentais ramollir dans ses bras. Cela faisait plusieurs jours que je n'avais pas dormi. Je ne voulais pas dormir. J'avais peur de ce que je verrais dans mes rêves. Je ne voulais plus voir le visage souriant de Célestia. Je voulais l'oublier. Je voulais qu'elle disparaisse réellement. 


« Je t'aime Tristan, me parvint au loin la voix d'Arya. »


Je poussai un petit gémissement, puis ce fut le noir complet.


Je battis doucement des paupières. Je ne savais pas combien de temps s'était passé exactement, mais il faisait jour. Les rideaux étaient ouverts et les volets l'étaient également. Un doux vent d'été balayait la pièce. Je me relevai lentement sur mes coudes. J'étais complètement nu dans mon lit. Mes derniers souvenirs étaient flous, mais je me souvenais de la voix d'Arya. Je l'aperçue finalement, assise dans l'une de mes causeuses. Elle s'attardait à un livre de ma bibliothèque personnelle. Il s'agissait d'un journal intime d'un soldat d'Émeraude de la première guerre. 


« Arya ? râlais-je d'une voix rauque. »


Ses yeux se levèrent sur moi, alors qu'elle fermait son livre. C'est alors que je remarquai que ma chambre était désormais en ordre. Je baissai honteusement la tête, alors qu'elle prenait place à mon chevet. 


« Je suis désolé... soufflais-je alors. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya
Chevalier d'Émeraude
Arya

Messages : 12
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Deux âmes perdues [Arya et Tristan]   Mer 2 Jan - 16:43

Aimer m'avait changer un peu. Je tenais la personne avec laquelle je tenais à passer le reste de mes jours. Et ce, sans avoir eu recours à la magie de ma souveraine. Je n'avais simplement pas eu besoin de cela. J'avais simplement été là pour lui. Tristan avait finit par sombrer dans un lourd sommeil, lui qui n'avait pas dormi depuis longtemps, était plus qu'épuisé. Je l'avais magiquement transporté jusqu'à son lit, avant de lui retirer ses vêtements et de le glisser entre les couvertures.


Puis sans bruit, je commençai à ramasser les vêtements et les livres, avant de les ranger. Il avait besoin de moi et j'allais l'aider. Entre le pliage de couvertures et le rembourrage de coussins, je lui lançais un regard amoureux. Le jour commençait à se pointer le bout du nez, alors que je tirais ses rideaux et ouvrais ses grandes portes donnant sur son balcon. Sachant qu'il dormirait encore longtmeps, je fonçai à ma chambre pour me changer. Je n'allais pas être une Chevalière aujourd'hui, juste une femme qui aime son homme.


Je revêtis une longue robe verte émeraude, sans manche et retournai vers la chambre de Tristan. Je souris, en le voyant dormir comme un bébé. Je fis voler un des ancien journal intime d'un ancien Chevalier et entamai un lecture. J'étais profondément absorbée par ma lecture, que je sentis pas que mon ami s'était réveillé.


- Arya? fit-il d'une voix rauque.


Mon coeur eut un raté. Je fermai le livre et mon regard se posa sur sa personne. Je me levai et me rendis à son chevet. C'était comme si toute mon agressivité et ma haine avait disparut, quand j'étais en sa présence. Comme tout ce que je voulais c'était le faire sourire. Tristan baissa la tête, un peu honteux.


- Je suis désolé... murmura-t-il.


Je grimpai dans son grand lit, avant de relever son visage vers le mien. Je lui fis un petit sourire timide.


- Pas moi, répondis-je, tout bas.


Je posai mes lèvres contre les siennes, avant de l'aider à se recoucher dans le lit. Je descendis de ce dernier, avant d'en faire le tour et de tirer sur la corde qui appelait une servante. Cette dernière arriva rapidement et me jeta un regard interrogateur. Je lui souris, avant de m'approcher d'elle.


- Mon... frère d'arme aurait besoin de thé et de quelques victuailles pour se remettre sur pieds, s'il-vous plaît.


Pas besoin de plus, la jolie servante se sauva. Je me retournai vers Tristan, son regard glissait sur moi et le mien suivait le sien. Le souvenir de ses caresses de la veille me revinrent, je piquai un fard, alors que je baissais la tête. Je savais qu'il verrait ce que je voyais dans mon esprit, pourtant, je ne le fermai pas. Je voulais qu'il soit au courant de mes sentiments.


- Sire, un bon thé, du pain et du miel, pour vous et Lady Arya, fit la voix de la servante dans mon dos.


Elle me dépassa et alla porter le plateau sur la table sur son balcon, avant de sortir prestement de la chambre. Je sortis un pantalon noir et une tunique de sa malle, avant de me rendre dehors sur la terrasse. Je savais que si je le regardais s'habiller, mon corps l'appellerait. Et le sien crierait mon nom. Je m'agrippai à la rembarde, le coeur battant. Je voulais qu'il m'aime. Puis, je sentis sa présence dans mon dos. Je fermai les yeux, je ne voulais pas le voir, si il était moindrement torse nu. Je ne savais pas ce que je ferais.


- Tu as faim? demandai-je en un souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux âmes perdues [Arya et Tristan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux âmes perdues [Arya et Tristan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» sonnet de felix arvers ( mes heures perdues)
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Enkidiev :: Royaume d'Émeraude :: Château :: Appartements royaux-
Sauter vers: