Les Chevaliers d'Émeraude

Les Chevaliers d'Émeraude, troisième génération
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le tout pour le tout

Aller en bas 
AuteurMessage
Édouard

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 24/09/2017

MessageSujet: Le tout pour le tout   Dim 16 Déc - 13:05

Je ne savais pas combien de temps, j'étais resté dans ma petite source. Tous mes membres étaient engourdis et mes lèvres devaient être bleues. Mais rien ne semblait apaiser la souffrance des paroles de Mikel.La température de mon corps était plus que basse, je me sentais presque quitter mon corps pour me rendre vers les Grandes Plaines de Lumière. Si je pouvais m'en aller de ce monde, sans rien ressentir, ce serait mieux que de croiser le regard de Mik, une fois de plus.


La mort ne vint jamais, je poussai un soupir, avant de sortir de ma source. J'étais plus que purifié, mais toujours aussi blessé. Je poussai un autre cri, avant de lancer une boule de feu sur le mur de ma caverne. Cette dernière était protégée par de la magie pour ne pas me tomber dessus, si je piquais une crise.


Je faisais les cents pas, débattant entre retourner à Émeraude pour éclater la gueule de Mikel, le reconquérir ou rester ici et souffrir en silence. Le silence avait enrobé toute la montagne, je laissais mes larmes couler le long de mes joues. Je voulais juste arrêter de ressentir quoi que ce soit. Puis sortant de nulle part, la voix de Mikel résonna contre les parois rocheuses de la montagne. Il hurlait mon nom, son ton rempli de terreur. Je me dématérialisai, avant de réapparaître sur la corniche et étendre ma main vers le vide. Le corps de mon amant allait heurter la pierre et y mourir, mais s'arrêta contre ma main magique invisible.


Je restai immobile, un instant, avant de le faire flotter jusqu'à moi. Je posai Mik sur ses pieds, devant moi. Je plantai mon regard dans le sien. Son regard s'arrondit, alors qu'il se posait sur mon torse. L'empreinte de sa botte ornait ma peau et avait tourné au bleu-noir.


- Je suis tellement désolé! s'exclama-t-il en posant ses mains contre mon ecchymose.


Je restais immobile, ne faisant pas entièrement confiance à l'homme que j'aimais. Il illumina ses paumes, en tentant de me guérir, mais je le sentais complétement épuisé. La lumière s'éteignit rapidement. Au lieu de recommencer, Mikel se pressa contre moi. Je restais méfiant, mais sa présence me manquait.


- Pardonne-moi, murmura mon amant, alors qu'il cachait son visage dans mon cou. Je... Je sais pas ce qui m'a pris...


Une chance, qu'il ne vit pas les roulements de mes yeux. Il avait simplement explosé et tenté de me tuer? Je crois que cela résumait bien la situation. Je poussai un soupir, on ne pouvait plus refaire cela. J'en avais assez de m'excuser ou de l'entendre me demander pardon. Nous n'avancions pas en tant que couple. Je sentis son agacement, alors qu'il levait un regard coupable sur moi. Il posa ses lèvres sur les miennes, en un baiser timide, puis voyant que je ne bougeais pas, un deuxième.


- Je t'aime... dit-il en un souffle. J'ai pas voulu te faire du mal...


Je baissai les yeux sur lui, il pleurait, je devais faire de même aussi. Je repoussai un autre soupir, avant de l'entraîner vers ma caverne et de l'asseoir sur le lit. Je pris un pantalon et une tunique dans ma malle, avant de les revêtir. Je couchai Mikel sur mon matelas, avant d'illuminer mes mains et de les passer au-dessus de son corps. Il n'avait pas une égratignure, sauf qu'il souffrait en son coeur.


- Tu l'as pareil fait, Mik, murmurai-je. Laisse-moi finir, dis-je, en le voyant vouloir se lever.  Je crois qu'on s'est précipité un peu, en voulant se marier. Ça ne change rien au fait que je t'aime, plus que tout en ce monde et que je ne me vois pas vivre cette vie sans toi.


Je passai une main douce dans ses cheveux blonds, avant de me pencher sur lui et de poser un doux baiser sur ses lèvres. Ma main lui transmit une vague d'apaisement tellement puissante, pour l'endormir. Il devait récupérer et je savais qu'en dormant, son cocon se formerait. C'est ce qui se passa. Je me levai et me dirigeai vers la sortie.


***


Je réapparus à l'entrée avec un plateau de victuailles venant d'Émeraude et de Béryl. J'entrai chez moi, pour voir Mikel assis dans le lit. Je lui fis un tendre petit sourire, avant de poser le plateau contre une table de chevet. Mon amant avait récupéré toute son énergie, je lui envoyai une petite vague d'amour, alors que j'allumais un feux magique.


- Tu vas mieux? demandai-je.


Je me retournai vers le lit, et me dirigeai vers ce dernier, pour m'y glisser à côté de mon amoureux. Je posai un bisous sur sa joue. Je fis flotter le plateau pour le poser entre nous deux. Je pris un morceau de pomme et le tendis vers sa bouche.


- Mange. Mange et je te pardonne, rigolai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikel

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: Re: Le tout pour le tout   Mar 25 Déc - 15:32

Je commençais à peine à réaliser l'ampleur de ce qui était arrivé. J'avais tenté de tuer Ed. La dernière personne au monde à qui je voulais faire du mal. J'avais levé une de mes armes contre lui. Pourquoi? Comment avais-je pu faire quelque chose d'aussi horrible et agressif ? J'avais complètement perdu la carte. Je n'étais plus moi-même à ce moment-là. Heureusement qu'il était puissant en magie et qu'il avait été capable de se défendre sinon je l'aurais littéralement expédié sur les Grandes Plaines de Lumière. Je m'aurais probablement enlevé la vie par la suite. Je n'aurais pas été capable de vivre avec le meurtre de mon âme soeur sur la conscience. De toute façon, j'aurais été exécuté pour assassinat. La reine Mylena était très stricte sur ses lois et elle respectait vigoureusement la peine de mort qu'elle avait restaurée. 


Je relevai la tête vers Édouard. Ses yeux étaient bouffis et remplis de larmes. Ça ne devait plus arriver. Évidemment, la solution serait d'arrêter de se voir, mais j'en étais incapable. Je ne pouvais pas vivre sans mon ami d'enfance à mes côtés. Il était ma vie. Sans lui, je ne serais absolument rien. 


Ed glissa sa main dans la mienne afin de m'attirer vers le fond de la caverne. Il m'obligea à m'asseoir sur le matelas de plumes, avant d'aller se vêtir. Puis, il m'allongea doucement sur le dos. N'étant pas vraiment en pouvoir de protester, je le laissai faire, alors qu'il illuminait ses mains pour les passer au-dessus de mon corps. Je n'avais rien. Il n'avait pas réussi à m'atteindre. Je le laissai tout de même procéder à son examen magique, rêvant de pouvoir lui faire la même chose. Mais mon énergie magique m'avait complètement lâché. 


« Tu l'as fait pareil, Mik, laissa-t-il tomber lorsqu'il eut fini. »


Si j'avais pu baisser honteusement la tête, je l'aurais fait. Je lui avais fait mal. J'avais voulu le tuer. C'était tout simplement impardonnable. Comment un homme pouvait-il dormir aux côtés d'une personne qui avait tenté de l'assassiner ? C'était tout simplement impossible. Machinalement, je fis un geste pour me lever et quitter la caverne, car je connaissais la suite. Il allait me laisser, littéralement. Je ne voulais pas l'entendre. Cependant, les mains d'Édouard se posèrent contre mon torse, m'obligeant à rester allongé. 


« Laisse-moi finir, m'ordonna-t-il doucement. Je crois qu'on s'est précipité un peu, en voulant se marier. Ça ne change rien au fait que je t'aime, plus que tout en ce monde et que je ne me vois pas vivre cette vie sans toi. »


Un énorme poids sembla alors quitter mon corps. Il ne voulait pas me laisser ? Sa main caressa avec tendresse mes cheveux, alors qu'il se penchait pour poser un baiser infiniment amoureux contre mes lèvres. Il ne me laissait pas. Je sentis alors qu'il me transmettait une vague d'apaisement puis ce fut le noir. 


*********


Je battis doucement des paupières, cherchant à m'orienter. Je reconnus peu à peu la caverne de mon amoureux. Lentement, je me redressai, me sentant de nouveau en forme. Ed m'avait sûrement endormi. Je pris le temps de bien m'étirer, puis une vague d'amour me frappa. J'ouvris les yeux pour voir Édouard allumer un feu magique. Je ne comprenais toujours pas comment il pouvait passer l'éponge sur ce que j'avais fait.


« Tu vas mieux ? me demanda-t-il tout bonnement. »


Je hochai la tête de haut en bas, alors que mon amant prenait place à côté de moi sur le lit. Il fit voler un plateau de victuailles entre nous deux. C'est alors qu'Ed prit un morceau de pomme, pour le diriger vers mes lèvres. Je ne comprenais vraiment pas... J'avais tenté de le tuer et lui, il voulait me faire manger ? 


« Mange, m'ordonna-t-il sur un ton moqueur. Mange et je te pardonne. »


J'ouvris la bouche et mon amoureux y déposa le quartier de pomme. Je le mâchai lentement, avant de poser un regard interrogateur dans celui d'Édouard. Il m'ignora, continuant de manger et de me nourrir. Je stoppai subitement son geste, alors qu'il voulait me faire avaler des carottes. 


« Je comprends pas où tu veux en venir, avouais-je. Je... Pendant un instant, j'étais certain que tu allais me laisser et quelques secondes plus tard, tu affirmes le contraire. J'ai tenté de te tuer, Ed. »


J'étais sérieux, ce qui était plutôt rare dans mon cas. Mon ton était toujours celui de la plaisanterie et j'adorais m'amuser. Ces derniers temps, par contre, j'avais énormément de difficulté à gérer mes émotions. Sans doute est-ce que je ne m'entraînais pas assez le matin et je ne dépensais pas assez d'énergie ? Je n'en avais pas la moindre idée. Mais je savais seulement que je ne voulais plus jamais éclater ainsi devant personne, et surtout pas Édouard. 


Je baissai la tête honteusement, en revoyant la scène où je m'étais saisi de ma dague pour poignarder Ed. Je poussai un profond soupir, avant de passer une main nerveuse dans ma chevelure bouclée. 


« Ce n'est pas moi, soupirais-je. Je suis pas comme ça... Tu... Tu le sais, non? »


Je relevai un regard inquiet sur mon amoureux, qui avait arrêté de manger. Il me tendait toujours la carotte et j'ouvris la bouche pour la croquer avec un air légèrement boudeur. 


« Ça n'arrivera plus jamais, lui promis-je. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Édouard

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 24/09/2017

MessageSujet: Re: Le tout pour le tout   Mer 2 Jan - 1:08

Honnêtement, je n'avais plus envie de parler de ce qui s'était passé. Pour moi, c'était dans le passé. Je voulais prendre soin de Mikel, que l'on passe à autre chose. Il avait tenté de me tuer, puis le karma s'était chargé de le punir, donc ce problème était résolu. J'étais différent de mon amant, de par mon éducation, une fois que quelque chose était passé, c'était terminé. Mikel avait tendance à essayer de réparer des pots cassés, ce qui m'exaspérait.


Mik finit par ouvrir la bouche et je fis tomber le quartier de pomme. Mon amant mâchouillait sa nourriture, me regardant surpris. Je ne fis que continuer de manger le reste de ma pomme, avant d'agripper une carotte et lui tendre. Mon amant attrapa mon bras solidement, m'empêchant de lui mettre la carotte dans la bouche.


- Je comprends pas où tu veux en venir, marmonna Mikel. Je... Pendant un instant, j'étais certain que tu allais me laisser et quelques secondes plus tard, tu affirmes le contraire. J'ai tenté de te tuer, Ed.


Ce n'était que des détails. J'en avais pas grand chose à faire. Il était plus que sérieux. Il avait tendance à éclater, car il ne contrôlait pas ses émotions. C'était assez fatiguant, mais pas assez pour m'éloigner. Il finit par baisser les yeux, je suivis le train de ses pensées. Il faisait rejouer la scène, lorsqu'il avait tenté de me tuer. Mon amant finit par pousser un long soupir et passer sa main dans ses boucles.


- Ce n’est pas moi, dit-il. Je suis pas comme ça...Tu... Tu le sais, non?


Mon amoureux leva un regard innocent sur moi. Lui qui commençait à me rappeler cela m'avait coupé l'appétit. Par contre, je lui tendais toujours la carotte, qu'il finit par mordre et manger. Son petit air boudeur vint me bousculer dans ma paix intérieure.


- Ça n'arrivera plus jamais.


Je roulai les yeux. Je poussai le plateau de nourriture vers lui, avant de prendre une bouteille de vin sur la table de nuit. Je retirai le bouchon de liège avec mes dents et pris une grande gorgée de vin. Je ne voulais pas revenir sur le sujet, c'était passé. Je baissai un regard ennuyé sur Mikel. Lorsqu'il ouvrit la bouche, je lui jetai un regard sévère, avant de pointer la nourriture. Je repris une gorgée.


- Si ça arrive, le karma va revenir contre toi, c'est la nature des choses, dis-je. Je ne vois pas pourquoi on revient sur le passé. On se prend tellement la tête avec cela. Tu es qui tu es, Mikel et je t'aime ainsi. Ce que je te dis c'est tu devrais t'ouvrir un peu plus, je crois que tu garde tout pour toi et tu finis par exploser. Ça n'arrivera pas, j'en suis sûr.


Je posai la bouteille sur la table de chevet. Je grimpai dans le lit, près de mon amant. Je pris sa main dans la mienne, avant de poser un petit baiser contre le dos de sa main. Je vis son air boudeur. J'éclatai de rire. Je pris une fraise et la lui glissais dans la bouche. C'était mon tour de parler.


- Je t'aime et rien ne va changer cela, dis-je, tout bas. Même si je t'avais laissé, je t'aurais aimé tout de même. Mais sache une chose, rien ne va m'enlever à toi.


Je pressai mon corps contre le sien, avant de faire voler le plateau plus loin. Je posai mes lèvres contre les siennes, elles goûtaient les fraises. Je nous fis rouler, pour être par-dessus lui. Je plantai un regard amoureux dans ses yeux bleus. Je posai mon front contre le sien, avant de caresser sa joue, du revers de ma main.


- Je t'aime, cesse de t'inquiéter pour rien, murmurai-je.


Mes lèvres allèrent chercher les siennes, encore une fois, alors que je nous renversais. Mik était maintenant couché sur moi. Mes mains allèrent jouer dans ses boucles blondes. La lumière autour de lui brillait de tous ses feux.


- Déménage ici, dis-je. On trouvera un espace pour ton écuyère. Je veux vivre avec toi, ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikel

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: Re: Le tout pour le tout   Dim 13 Jan - 14:12

Je voyais bien que je l'exaspérais. Je le connaissais par coeur. En fait, je commençais à réaliser que je ne le connaissais pas autant que je le croyais. Et que je ne me connaissais pas. Jamais je n'aurais cru être capable de lever une arme contre un humain, encore moins contre celui que j'aimais le plus au monde. Je me faisais peur. Même si j'avais promis que plus jamais cela n'arriverait, je n'étais pas certain que je pouvais respecter cette promesse. Car au fond, je ne savais pas ce dont j'étais capable. J'espérais seulement qu'Édouard n'avait pas peur de moi. Je ne voulais même pas aller chercher cette information dans son esprit. Je ne voulais pas le savoir. Par contre, une chose était sûre; j'allais devoir parler de cet épisode à Nathan. Mon écuyère n'était plus en sécurité avec moi. Je savais bien que ce n'était jamais une bonne chose de changer de maître au milieu de l'apprentissage, mais j'étais persuadé que certains chevaliers célibataires se feraient un plaisir de la prendre sous leur aile. Je serais incapable de me pardonner de lui avoir fait du mal. 


En guise de réponse, mon amoureux me poussa le plateau de victuailles. Je n'avais vraiment pas faim, mais je savais pertinemment qu'il ne me laisserait pas tranquille tant et aussi longtemps que je ne l'aurais pas englouti au complet. Je poussai un petit soupir, tandis qu'Ed s'ouvrait une bouteille de vin. J'ouvris la bouche pour dire quelque chose, mais son regard sévère m'indiqua autrement. Étrangement, je l'écoutai. Je me tus, mais je ne pris rien dans le plateau. 


« Si ça arrive, le karma va revenir contre toi, me dit alors mon amant. C'est la nature des choses. Je ne vois pas pourquoi on revient sur le passé. On se prend tellement la tête avec cela. Tu es qui tu es, Mikel et je t'aime ainsi. Ce que je te dis c'est que tu devrais t'ouvrir un peu plus, je crois que tu gardes tout pour toi et tu finis par exploser. Ça n'arrivera plus, j'en suis sûr. »


Je baissai honteusement la tête, légèrement boudeur. Je n'étais pas certain de ce qu'il avançait. Et puis, même si le karma me rattrapait, comme il le disait, le mal serait déjà fait. Je me fichais bien de mourir ou de souffrir. Encore moins si j'avais fait du mal à un être cher pour mériter ça. Cependant, je ne dis rien. Nos points de vue différaient tellement souvent, que c'était chicane ridicule par-dessus chicane ridicule. Je devais prendre sur moi et arrêter de toujours m'opposer à ses idées. 


Je sentis la main de mon amoureux se glisser dans la mienne. À ma grande surprise, il la porta à ses lèvres pour la baiser avec tendresse. Il éclata alors de rire, avant de mettre une fraise dans ma bouche. Je la mâchonnai, le coeur lourd. Ce n'était pas du passé tout cela, ça s'était passé dans la journée. J'avais mal au coeur rien que d'y penser. 


« Je t'aime et rien ne va changer cela, murmura mon copain. Même si je t'avais laissé, je t'aurais aimé tout de même. Mais sache une chose, rien ne va m'enlever à toi. »


Je me sentais encore plus coupable. À ma grande surprise, Ed se rapprocha de moi et je vis le plateau voler plus loin. Tant mieux, je n'aurais pas à manger. Bien rapidement, il grimpa par-dessus moi avant de s'emparer de mes lèvres avec amour. Je répondis au baiser, mais avec moins d'ardeur qu'à mon habitude. Je ne comprenais pas qu'il veule encore de moi après tout cela, mais je ne doutais pas de ses sentiments. Il me laissait une seconde chance, et j'allais faire attention. Je devais travailler sur moi-même. Je l'avais toujours su, mais là c'était beaucoup plus important. Je devais le faire pour ne plus faire de mal aux gens que j'aimais. 


Ses yeux grisâtres se plongèrent au creux des miens, et mon coeur eut un raté. Je pouvais sentir tout son amour au travers son regard. Je me mordis nerveusement la lèvre inférieure, alors que sa main se posait contre ma joue en une caresse délicate. 


« Je t'aime, cesse de t'inquiéter pour rien, me souffla Édouard. »


Je hochai doucement la tête de haut en bas, alors que mon amant s'emparait à nouveau de mes lèvres avec tendresse. J'eus envie de gémir au travers nos baisers, mais je me retins. Rapidement, Ed me donna le contrôle en inversant nos positions. J'étais maintenant par-dessus lui, ses mains caressant mes cheveux. Je vis alors quelque chose que je n'avais pas vu depuis longtemps. La lumière des âmes soeurs autour de mon amoureux. Elle brillait comme elle n'avait jamais brillé auparavant. Était-ce un signe ? Qu'à partir de maintenant, tout irait pour le mieux ? Je l'espérais fortement. 


« Déménage ici, m'offrit mon homme. On trouvera un espace pour ton écuyère. Je veux vivre avec toi, ici. »


Moi, vivre dans une caverne ? Oui, malgré le fait que j'étais né prince, j'avais toujours vécu dans des conditions difficiles avant d'atterrir dans un château, mais je ne souhaitais tout de même pas vivre dans une grotte. Je me mordis la lèvre inférieure. De toute manière, Nathan ne le permettrait jamais. Oui, nous avions le droit de vivre à l'extérieur du château de la reine Mylena, mais c'était sur une parcelle de terre du royaume qui nous avait accueilli, et non dans une caverne de notre royaume natal. 


« Je peux pas, soufflais-je. Mais je peux acheter une belle maison à Émeraude, par contre. »


Je lui souris avec tendresse, avant d'aller embrasser ses lèvres. Je ne voulais pas m'obstiner. Je ne pouvais vraiment pas déménager ici. La reine se ferait un plaisir absolu de me jeter hors de l'Ordre, et ça, ce serait une honte à ma famille. Je ne pouvais permettre cela. Je passai une main douce dans les cheveux de mon amoureux, avant de me noyer dans son regard. J'avais terriblement envie de lui. Comme à chacune de nos réconciliations. Mais comme la raison de notre combat résultait d'une baise, je ne savais pas si c'était une bonne idée. Tout son corps m'appelait. Ses yeux me criaient de lui faire l'amour, ses yeux me hurlaient de les embrasser alors que sa peau ne cherchait qu'à être caressée. Je pris une grande inspiration, puis je détournai mon regard de mon amant. Résister, je devais résister. Je passai une main nerveuse dans mes cheveux bouclés, mais Ed ramena rapidement mon visage vers le sien. Je le sentis. C'était un oui. Une belle maison, juste lui et moi dans la campagne d'Émeraude. Je lui souris. J'étais heureux, vraiment. Ce n'était pas si dur que ça de nous entendre !


« Je t'aime tellement Édouard, soufflais-je en un râle. »


Incapable de tenir plus longtemps, je m'emparai de ses lèvres avec passion. Ma main glissa lentement sous sa tunique, afin de caresser la peau chaude de son torse. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le tout pour le tout   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le tout pour le tout
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout est possible, tout est réalisable.. Haha
» Tout est beau, tout est rose. Tant que je l'impose.
» En tout bien tout honneur [ Pv Guillaume]
» TOUT pour Blood Bowl
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Enkidiev :: Royaume de Béryl-
Sauter vers: