Les Chevaliers d'Émeraude

Les Chevaliers d'Émeraude, troisième génération
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma

Aller en bas 
AuteurMessage
Toma
Chevalier d'Émeraude
Toma

Messages : 11
Date d'inscription : 15/04/2019

Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma Empty
MessageSujet: Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma   Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma Icon_minitimeLun 1 Juil - 14:21

Jamais je n'aurais imaginé cela. Dans mes rêves les plus fous, lorsque je disais à mon âme soeur que je l'aimais, ce dernier répondait positivement. Pourtant, ce n'était pas ce que Markus avait fait. Non. Il s'était sauvé. Il m'avait dit qu'il n'était pas prêt à cela. Mais moi oui ! C'était ce que je voulais. Exactement ce que je voulais. Tout était tellement clair maintenant. Mon amour pour Kesley m'avait seulement mené sur le chemin vers Markus. Je l'aimais,il m'aimait. Pourquoi ne pouvait-il pas se l'avouer? J'avais eu mal. Extrêmement mal après cela. Je m'étais enfermé dans ma chambre pendant quelques jours. N'ayant pas vraiment d'amis, c'était mon Maître qui m'avait trouvé. Je n'avais pas mangé, ni bu depuis près d'une semaine. N'étant pas capable de me sortir de mon lit, il avait fait venir la nourriture jusqu'à moi. Il avait commencé par me servir de l'eau, puis lentement il me faisait manger. Une fois mon estomac en ordre, il avait sorti l'urne de vin. J'étais surpris qu'il s'occupe de moi. Après tout, la femme qu'il aimait était toujours sur Irianeth. J'avais pensé qu'il aurait foncé la tête baissée pour la sauver, mais non. Il me sauvait, moi. Si ça n'avait pas été de lui, je me serais laissé mourir. Bon, cela faisait partie de son serment à mon égard. Il devait prendre soin de moi. J'imagine que ne pas me laisser mourir était dans le contrat. Il m'avait remis sur pied, et quelques jours après, j'avais été adoubé. 


Un grand festin avait eu lieu. Tous avaient fêté jusqu'aux petites heures du matin. Je les avais observés, de loin, sans pourtant participer aux festivités . En fait, j'observais Markus. Il était si beau, si masculin, si parfait. Il souriait, il s'amusait, sans même penser à ce qui s'était passé entre nous. Comme s'il m'avait oublié. Je ne pouvais pas croire que lui avouer mes sentiments avait été une erreur. Mais je n'allais pas laisser tomber. Un jour, il serait à moi. J'allais me préparer, et prendre grand soin à ce qu'il ne sorte avec personne d'autre que moi. 


Cependant, ce soir-là, à force de boire du vin seul, mon esprit s'était embrouillé et j'avais fini par tirer sur la main de Markus pour l'attirer dans un recoin loin des regards. Je l'avais plaqué contre une colonne de pierres pour l'embrasser langoureusement. Je m'attendais à de la colère, de la haine, mais j'espérais de l'amour. Un retour de sentiments. Tout ce que j'avais eu, c'était un rejet. Un rejet, et de la confusion. J'étais capable de prendre absolument tout, sauf ça. Je m'étais enfui dans ma nouvelle chambre, les larmes aux yeux. Un jour, Markus de Perle serait à moi. Non seulement il serait dans mon lit, mais il aurait la bague au doigt. Un jour, il allait flancher. Un jour, il accepterait son amour. 


*********


Cinq années avaient passées. Je n'avais pas tenté d'embrasser de nouveau Markus. En fait, je me contentais de le regarder de loin. Je passais tout mon temps seul, à m'entraîner seul, à manger seul. Alix avait tenté de me ramener parmi les autres Chevaliers, mais je n'étais pas capable d'être à proximité de mon amour sans pouvoir le tenir dans mes bras. C'était trop difficile. Après, ce fut un avertissement de Nathan que je reçus. Nous étions tous frères et soeurs. Je ne devais pas m'isoler comme je le faisais. N'avait-il jamais remarqué que depuis près de douze ans que j'étais toujours seul ? Même lorsque j'étais avec mon Maître, j'étais seul. Les mots n'avaient jamais été notre force. Il m'avait entraîné, oui. Il m'avait enseigné tous les principes de l'Ordre, oui. Mais c'était tout. D'un sens, c'était très bien ainsi. 


Pour la première fois depuis très longtemps, j'avais pris place à la table dans le hall pour un souper. Je m'étais glissé entre Ivy et Aëlys. Dès lors, elles avaient commencé à me parler, puis à s'entraîner avec moi. Darius s'était greffé à nous, et Désirée également. Malgré tout, j'étais toujours aussi seul. Jusqu'au jour où Ivy décida que je me livrais à elle. Elle m'avait attiré dans la campagne, armée d'un pique nique et de bien du vin. N'ayant pas trop eu le choix, je lui avais déballé mon sac. Depuis, elle était devenue une bonne amie. 


Les semaines avaient passées, et Ivy était devenue ma confidente, ma meilleure amie. J'avais appris à m'ouvrir aux autres à son contact, mais les personnes qui gravitaient autour de moi n'étaient pas celle que je voulais. Je voulais Markus. Je continuais de l'observer, de le suivre. Mes amis m'incitaient à aller lui parler, mais j'avais peur qu'il me rejette, encore une fois. 


*********


Ce matin-là, j'étais assis sur mon lit. Je surveillais magiquement Markus. Dans quelques jours, nous aurions nos écuyers. Je devais m'approprier Mark, sinon c'était fini de lui et moi. Avec un enfant toujours sur les talons, ce serait difficile d'établir une nouvelle relation. Lorsque j'avais senti qu'il se dirigeait vers les écuries, je m'étais empressé de me vêtir de ma tunique, mon pantalon et mes bottes de cuir les plus souples. Je l'avais suivi de loin, et je m'étais mis dans un coin stratégique de l'écurie, masquant mon énergie. D'ici, je pouvais voir la stalle d'Auréa sans que Markus ne m'aperçoive. Je ne savais pas quoi lui dire. J'avais encore mal du rejet. Par deux fois. Il avait pris ma virginité, pour s'enfuir au beau milieu de nos ébats. Puis, il avait refusé mes avances. Malgré tout, je savais qu'il était l'homme pour moi. 


Une main se posa alors sur mon épaule, me faisant sursauter. Je me retournai, pour apercevoir Markus derrière moi. Je poussai un cri de surprise, avant de perdre pied et de tomber dans une botte de foin. J'avais été tellement absorbé dans mes pensées que je ne l'avais même pas entendu arriver, ni vu, ni senti.


« Mar... Markus ! haletais-je, me relevant. Je... Je venais pour soigner ma monture. »


Oui, Toma. Mentir était la meilleure des idées. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Markus
Chevalier d'Émeraude
Markus

Messages : 9
Date d'inscription : 24/03/2019

Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma   Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma Icon_minitimeDim 14 Juil - 22:17

J'avais quitté Toma, tellement vite. Son «je t'aime» m'avait fait peur. Oui, j'avais peur de me faire aimer et surtout par lui. Toma aimait beaucoup trop fort et pouvait s'emballer. Comme avec Kesley, où il avait tenté de s'en prendre à l'amant de ce dernier. Je n'étais pas prêt à toute cette intensité, je ne voulais pas contrôler les sautes d'humeur de mon amant ou devoir m'éloigner des gens pour le rassurer...



Lors de notre adoubement, j'avais célébré avec mes nouveaux frères d'armes et Cassia. Elle portait son premier enfant avec le Chevalier Cléo. J'avais fait de mon mieux pour ignorer le regard pesant de Toma, qui me regardait avec tellement d'insistance. Je ne voulais pas céder. Je ne pouvais pas accepter son amour si il n'apprenait pas à calmer ses ardeurs.



***


Cinq ans, seul. J'avais passé les cinq dernières années à tenter d'éviter Toma et à essayer d'esquiver ses avances ou ses tentatives de me parler. Si lui avait trouvé son groupe avec Ivy, Désirée, Darius et Aëlys. Je me tenais avec Kesley et Cassia. Je préférais mon temps seul par contre. Je ne faisais qu'espérer d'avoir un écuyer, avoir un jeune dans les pattes empêcherait Toma de me suivre à la trace. Par chance, l'attribution des nouveaux écuyers se faisaient pour bientôt!



Aujourd'hui, comme je m'étais réveillé assez tôt, je décidai d'aller prendre soins d'Auréa. Ma jument avait un peu manqué d'amour ces derniers temps et elle méritait que je prenne soin d'elle. J'avais revêti une tunique, un pantalon et mes bottes, avant de descendre vers l'écurie. En entrant dasn l'écurie, je me dirigeai vers la stalle de ma jument, avec ses brosses. Doucement, Auréa se laissa flatter les naseaux, avant que je ne commence à la brosser en douceur.



J'étais complétement concentré sur les soins que je donnais à mon cheval. Si je n'avais pas eu de pouvoirs, je serais probablement en train de faire la même chose, mais à Perle. Ma vie se serait résumer autour du domptage de chevaux et ça aurait été une vie plutôt simple. Et je ne serais peut-être jamais tombé sous le charme de Toma, si je n'avais pas eu de pouvoir... Rapidement, je sentis une présence dans l'écurie, je fermai mon esprit et cachai mon énergie, avant de faire le tour des stalles. Je finis par reconnaître le dos de la tête de Tom. Je serrai les dents, avant d'avancer à pas de loup et poser une main lourde sur son épaule. Cela eut l'effet escompté, mon frère d'armes sursauta, avant de se retourner et voir mon regard noir. Toma poussa un petit cri de surprise, avant de tomber à la renverse dans une botte de foin.



- Mar... Markus, paniqua-t-il. Je... Je venais pour soigner ma monture.



Je relevai un sourcils, je me retournai vers la stalle d'Hercule, ce dernier broutait son foin en silence. Il avait été brossé et referrer, il n'y avait pas très longtemps. Donc, Toma mentait et ça se voyait dans son visage. Il était maintenant debout devant moi. J'allais faire comme si je m'en fichais. Je ne voulais pas qu'il sente que sa présence me chavirait. Je secouai à tête, avant de hausser les épaules. Ma main se referma sur le col de sa tunique, avant de le tirer vers le corridor et le balancer au milieu de ce dernier.



- Tu me fais perdre un temps fou, arrête de me suivre, crachai-je.



Bien exécuter, Markus. J'étais un bon acteur, il fallait croire. Avec peine et misère, je continuais de bloquer mes émotions et mon esprit à mon frère d'armes. Pas question qu'il ne ressente que je voulais le prendre ici et maintenant. Je fis dos à Tom, avant de faire quelques pas vers le box de ma jument. Mes poings se serrèrent et mes mâchoires suivirent. Je me retournai vers le blondinet, avant de foncer vers lui et le plaquer contre un mur. J'avais définitivement de la misère à contrôler mes propres émotions.



- Tu vas aussi arrêter de me regarder comme un chien battu, dis-je en tentant de garder un ton froid. Je... Je..


Ah non, je venais de flancher. Mon visage s'avança vers celui de Toma, mes lèvres effleurèrent les siennes. Mon poing se serra et ... s'écrasa contre le mur de bois avec force. Je poussai un cri de douleur, mais je m'étais aussi réveillé. Je ne pensais plus au fait que j'espérais que Tom m'agrippe pour m'embrasser. Je ne pensais qu'à ma main cassée et l'enflure qui apparaissait. Je poussais juron sur juron. Je n'en pouvais plus. Je me lançai dans le coin, où mon frère d'armes était tomber dans le foin. Je m'y assis, en serrant les dents.



- Fous le camp, dis-je faiblement, en tentant d'illuminer mon autre main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toma
Chevalier d'Émeraude
Toma

Messages : 11
Date d'inscription : 15/04/2019

Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma   Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma Icon_minitimeMar 30 Juil - 14:30

Je ne pouvais pas croire que j'en étais rendu là. Je mentais à l'homme que j'aimais. Afin de ne pas avoir l'air débile. Mais c'était ce que j'étais, non? Obsédé. Littéralement. Markus m'obsédait. Si Kesley avait été un cas, c'était désormais encore pire, plus puissant. Je n'avais jamais autant aimé quelqu'un. Même s'il m'avait repoussé. À plusieurs reprises. Il avait volé mon coeur, lorsqu'il avait pris ma virginité. Je savais qu'il ressentait la même chose que moi. Je pouvais le sentir dans toutes les fibres de son être. Il ne faisait que se mentir, et je ne savais pas quoi faire pour qu'il m'accepte. Pour qu'il s'accepte. Il était amoureux de moi, et mes sentiments étaient réciproques. Alors pourquoi s'empêchait-il de vivre cet amour? Il ne faisait que souffrir, alors pourquoi ne pouvait-il pas le voir? Je lui offrais absolument tout, mais il ne voulait rien. Ça me tuait de voir qu'il se faisait ça. Qu'il nous faisait ça, en fait. 


Markus se retourna vers la stalle d'Hercule. Clairement, mon mensonge ne tenait pas la route. Je déglutis avec difficulté, lorsque son magnifique regard me transperça. Son sourcil était haussé. Il était tellement beau, tellement parfait. J'étais tellement concentré sur sa personne que je me rendis à peine compte lorsqu'il se saisit de mon col pour me jeter dans le centre de l'allée. Oui. Vas-y Markus. Fais-moi mal. Si c'était ce qu'il te fallait pour que tu te laisses enfin aller, alors soit. Au moins, il me regardait. En ce moment, il n'y avait que lui et moi. 


« Tu me fais perdre un temps fou, arrête de me suivre, me lança-t-il avec haine. »


Il ne le pensait pas. J'étais toujours dans ses pensées. Je le hantais. Et j'allais continuer de le hanter, jusqu'à ce qu'il me prenne dans son lit, pour l'éternité. Même s'il s'était complètement bloqué de moi, je le savais. Je le virais à l'envers. Ça se voyait. Il perdait le contrôle de ses émotions. C'était bien. Au moins, je réussissais à le toucher. Même si ce n'était pas de la manière que je voulais. Je vis subitement Markus foncer vers moi tel un taureau. Je ne réagis même pas, tandis qu'il me coupait le souffle en me plaquant contre un mur. 


« Tu vas aussi arrêter de me regarder comme un chien battu, continua-t-il, le souffle court. Je... Je... »


Il allait flancher. Il devait flancher. Mon coeur fit un puissant bond dans ma poitrine, tandis que ses lèvres caressaient les miennes. C'était un court baiser. Léger comme une plume. En fait, c'était à peine si nos lèvres avaient fusionné. Mais je m'en fichais. J'avais ressenti toutes les émotions qu'il avait ressenties à cet instant. Il me voulait autant que moi je pouvais le désirer. Mon regard s'écarquilla, tandis que son poing s'abattait dans le mur de bois près de ma tête. Il devait arrêter ! Se laisser aller, merde. Il relâcha soudainement sa prise, avant d'aller dans le petit coin où j'étais plus tôt. Il s'était accroupi. 


« Fous le camp, laissa-t-il tomber. »


Je pouvais sentir la douleur dans sa voix. Je m'agenouillai donc près de lui, et je pris doucement sa main dans la mienne. Je l'illuminai d'une lumière guérissante, afin de réparer les os brisés. Une fois que ce fut fait, je bousculai Markus sur le dos, dans le foin. Je grimpai par-dessus loin, caressant sa joue du revers de la main, avec une tendresse infinie. J'avais plongé mon regard doré dans le sien. Je me penchai afin de m'emparer de ses lèvres avec avidité. Mon coeur battait à cent miles à l'heure. Mon torse frôlait le sien, tandis que mes mains s'emparaient des siennes pour les emprisonner au-dessus de sa tête. 


« Je vais jamais foutre le camp, lui murmurais-je entre deux baisers. Je t'aime, Markus, et je sais que tu ressens la même chose. »


Je tenais ses mains à l'aide d'une seule, tandis que l'autre s'amusait à se glisser sous sa tunique pour caresser son torse musclé. Je m'attardai quelques secondes à la cicatrice que ma lame avait laissé. Mes baisers se faisaient de plus en plus pressants, de plus en plus langoureux. Je n'avais jamais ressenti quelque chose d'aussi puissant. J'aimais tellement Markus, que ça en était presque inhumain. 


« Accepte tes sentiments, lui suppliais-je au creux de l'oreille. On pourrait tellement avoir une belle histoire... »


Je relâchai la prise que j'avais sur ses mains, et j'arrêtai mes baisers, pour plonger de nouveau mon regard au creux du sien. Je lui souris tendrement. Il était littéralement toute ma vie. C'est alors que je vis une lumière l'entourer. J'écarquillai les yeux, surpris. Non... Je me relevai brusquement, prenant mes distances avec Markus. Je l'aimais terriblement, mais jamais je n'aurais pensé qu'il était mon âme soeur. Ma respiration s'était fortement accélérée. Je faisais désormais dos à l'homme de ma vie, tentant de contrôler mes propres émotions. S'il l'avait vue lui aussi, il se sauverait et me filerait entre les doigts pour de bon. Mais je n'avais même pas la force de me tourner pour voir s'il était encore là. J'avais tellement peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma   Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau départ | Vieillissement Markus et Toma
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin d'un nouveau départ
» un nouveau départ [pv Alwenna]
» Oliville : Le nouveau départ, la quête des réponses. { H-Finder & Terminée.
» Un nouveau départ, une chute. {PV NEAL
» Nouveau départ [PV William]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Enkidiev :: Royaume d'Émeraude :: Château :: Les écuries-
Sauter vers: