Les Chevaliers d'Émeraude

Les Chevaliers d'Émeraude, troisième génération
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une vie parfaite - Kaleb (reprise)

Aller en bas 
AuteurMessage
Adalyne

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Une vie parfaite - Kaleb (reprise)   Dim 17 Avr - 21:11

J'étais totalement ridicule. Ma première grossesse m'avait rendu si heureuse, je ne comprenais pas pourquoi le fait de porter un autre enfant ne me faisait pas le même effet. Je tentais de creuser dans ma mémoire, mais rien ne me venait en tête. Absolument rien. Comment cette potion n'avait-elle pas pu fonctionner ? Pourtant, Flora m'avait assuré que ça fonctionnerait, peu importe ce qui se passait. Sauf... Sauf si cet enfant était destiné à naître. Cependant, je ne pouvais pas vivre avec la simple idée de mettre au monde un enfant dont c'était la destinée. Je ne comprenais pas. Sans doute son âme soeur était déjà présente, ou peu importait. Mais j'avais peur. Peur qu'il se soit passé quelque chose avec un autre homme sans que je ne m'en rende compte. Plus mes pensées défilaient, et plus certaines conclusions plausibles me venaient à l'esprit. En effet, Kira, la soeur d'armes à Santo, avait déjà tombé enceinte dans ses rêves. Peut-être m'était-il arrivé exactement la même chose ? Il m'était malheureusement impossible de le savoir. 


Je sentis soudainement mon mari mettre une protection magique sur la pièce. Il sentait ma détresse, ce qui voulait dire que j'extériorisais trop ma magie, et ce bien malgré moi. Je me mordis la lèvre inférieure, sachant que mes frères et soeurs d'armes avaient probablement déjà ressenti ma panique. Mais ils savaient également que Kaleb était toujours à mes côtés, et qu'ils n'avaient donc pas à s'en faire. 


Ada, commença mon époux avec une tendresse qui lui était inhabituelle. Flora m'a dit que l'alcool pouvait annuler les effets de ta potion. Ton enfant pourrait être de moi. Rappelle-toi, il y a trois mois, dans le hall...


Je ne le savais que trop bien. Mais jamais je n'avais cru que la potion puisse perdre de ses capacités ainsi. Mais lui, le croyait-il ? Croyait-il ce que la magicienne lui avait dit ? Je me branchai discrètement à ses pensées, afin d'en découvrir les plus sombres recoins. Je fus surprise de découvrir que même si cet enfant n'était pas réellement le sien, qu'il s'en fichait totalement. Bien des hommes auraient pété un plomb, certains même avaient tué leur femme pour moins pire que ça. Mais pas Kaleb. Il était pacifique, et malgré sa difficulté à le prouver, il était rempli d'amour, et ce jusque dans les moindres recoins de son âme. 


Kaleb me lança soudainement une nouvelle vague d'amour, qui me détendit aussitôt. Il me ramena de nouveau contre lui afin de me rassurer. Je poussai un léger soupir, visant à me calmer. J'étais capable de savoir de qui était cet enfant, ma magie me le permettait. 


- Je suis heureux avec toi, me murmura soudainement mon mari. Je sais que je ne le montre pas, je ne sais pas vraiment comment.


Je souris discrètement. Je le savais. Mais mes crises d'angoisse à son sujet s'expliquaient maintenant. J'étais enceinte de trois mois. Kaleb se saisit doucement de mon visage, afin de m'embrasser tendrement. Je me laissai enivrer par les sensations, ressentant la soudaine envie de faire l'amour avec mon époux. Je ne me souvenais pas de la dernière fois, et les distances que nous avions prises l'un de l'autre ne me plaisaient guère. J'allais remédier à cela, et plus qu'immédiatement. Avant, je devais simplement me rassurer moi-même. Je fermai les yeux, afin d'aller fouiller l'ADN du petit embryon en moi. Je ressentis ma propre énergie, mais également celle de Kaleb.


Je t'aime, me murmura-t-il au creux de l'oreille. 


Je grimpai aussitôt sur ses cuisses, armée d'un magnifique sourire. Je m'étais encore une fois emportée pour rien. Je m'emparai amoureusement des lèvres de mon époux, les embrassant avec passion et tendresse. Je me rappelais la première fois que nous avions fait l'amour... Il était si raide, tellement pas dans son élément que je m'étais demandée comment les Elfes se reproduisaient-ils. C'était de la même façon que les humains, à une différence près. Le peuple des forêts avait des relations sexuelles uniquement afin d'avoir des enfants. Ils n'y voyaient aucun plaisir. Lentement, c'était vers cela que j'avais tenté d'emmener mon époux. Maintenant, le simple fait de nous embrasser le mettait en érection. 


Il est de toi, minaudais-je entre deux baisers. 


Je me levai lentement, l'entraînant avec moi vers le lit. Je me couchai lentement sur le dos, le laissant grimper par-dessus mon corps. Mes bras se glissèrent derrière sa nuque et je m'emparai de nouveau de ses lèvres, avec plus d'ardeur, cette fois-ci. 


Je t'aime aussi Kaleb, chuchotais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaleb

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 20/04/2016

MessageSujet: Re: Une vie parfaite - Kaleb (reprise)   Sam 28 Mai - 17:21

Ada grimpa sur mes cuisses, un beau sourire éclairait son visage parfait. Ses lèvres vinrent se presser contre les miennes, avec la passion et tendresse; que je lui connaissais si bien. Chaque baisers était pour moi une nouvelle découverte, une sensation que je ne connaissais pas. Si notre première fois était un fiasco monumental, maintenant, nos corps ne faisaient qu'un et nous faisions l'amour plusieurs fois par jour. Adalyne caressait toujours ma bouche avec la sienne, lorsque je sentis mon sexe se durcir et se tendre dans mon pantalon.


- Il est de toi, mumura-t-elle.


Avec grâce, mon épouse se leva et me guida vers notre lit. Je la laissai s'étendre sur le dos, avant de grimper par-dessus elle. Ses mains vinrent se placer sur le derrière de ma nuque et ses lèvres reprirent les miennes. Nos baisers se faisaient de plus en plus fiévreux. J'avais très envie d'elle.


- Je t'aime aussi Kaleb.


Aimer était encore nouveau pour moi, mais je ressentais des sentiments très fort à son égard. Et pour une des rares fois, je me laissai aller. Mes lèvres glissèrent de sa bouche vers son cou, où je mordillai sa peau sensible. Mes mains grimpèrent sur ses épaules, afin de défaire les sangles de sa cuirasse, que je jetai au sol; une fois détachée. Je fis glisser mes mains sur sa tunique, jusqu'aux lacets de son pantalon, pour les défaire rapidement et les lancer dans un coin. J'eus un petit sourire moqueur, sachant qu'Adalyne adorait que je prenne les devants.


- Je veux une fille, dis-je, tout bas.


J'aidai ma femme à se redresser, en position assise, pour l'embrasser à pleine bouche. L'idée d'être une deuxième fois père, avait fait effacer tous mes doutes par rapport à mon marriage. C'était bien clair maintenant, je ne voulais pas passer ma vie sans Ada. Je l'aimais. D'un mouvement rapide, je débarrassai Adalyne du reste de ses vêtements et la repoussai sur le matelas. Je me frayai un chemin de baisers, de son cou, entre ses seins rebondis et jusqu'à son bas ventre. Mes lèvres se pressèrent sur son intimité et ma langue alla titiller son petit bouton de chair.


- Ada...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalyne

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: Une vie parfaite - Kaleb (reprise)   Mar 5 Juil - 15:46

Étrangement, j'avais peur. Peur de devoir élever un deuxième enfant. Je n'étais pas la mère idéale, loin de là. Je n'étais jamais au château, et mon groupe de patrouille était dans le royaume le plus éloigné d'Émeraude. Bien sûr, avoir des enfants semi-elfes garantissait leurs pouvoirs magiques, donc la communication par les pensées, mais ce n'était pas du tout la même chose que de les voir en vrai et de les serrer dans mes bras. J'avais d'abord vécu cette séparation avec mon mari. Maintenant, c'était avec mon fils. Je ne voulais pas vivre cela une troisième fois. Pourtant, je savais que Kaleb en avait besoin. Il aimait Santo, mais j'avais l'impression que ce n'était pas suffisant. En fait, ce n'était plus suffisant depuis que notre fils avait commencé ses études magiques afin de devenir écuyer. Ses journées commençaient à être longues, seul. Mais je n'avais pas le choix. Ce bébé était déjà en route, et je serais incapable de mettre un terme à ma grossesse.


Alors que mes yeux commençaient à se remplir de larmes, mon époux laissa mes lèvres afin de descendre en une file de baisers au creux de mon cou. Sous ses caresses et son amour, mes inquiétudes s'envolèrent. Même si je ne pouvais pas être toujours présente, mes enfants avaient le meilleur père d'Enkidiev. Rapidement, Kaleb me retira ma cuirasse et mon pantalon. Enfin. Je n'avais plus à le provoquer pour pouvoir faire l'amour avec lui. 


- Je veux une fille, murmura-t-il, tout bas.


C'était possible. Je pourrais demander à Flora de me préparer une potion qui aiderait le foetus à se définir en sexe féminin, mais je ne savais pas si c'était une bonne idée. Tuerais-je une âme, si mon enfant était destiné à être un garçon? 


Lentement, Kaleb m'aida à me mettre en position assise, alors qu'il était toujours par-dessus moi. Je n'avais pas très envie de faire l'amour, mais pour une fois que mon époux prenait les devants, j'allais me laisser combler. Ses baisers étaient de plus en plus passionnés, torrides, aimants. Il avait maintenant ressenti ce que moi je ressentais pour lui depuis le tout début. Il ne me restait plus aucun vêtement, et j'étais à nouveau couchée contre le lit de plumes. Kaleb parsema mon corps de baisers, jusqu'à en arriver jusqu'à mon intimité. Il allait remonter, jamais sa bouche ne franchissait cette limite. Jamais il n'avait été capable de me faire l'amour oralement. C'était quelque chose qui n'existait pas chez les Elfes. Je fus donc fortement surprise lorsque sa bouche se posa sur mon petit bouton de chair. Cependant, je poussai un léger gémissement, mes yeux se fermant d'eux-mêmes. Il était doué, même si c'était la première fois qu'il s'exécutait. 


- Ada... souffla mon amant.


Mes mains allèrent se saisir de la couverture qui était sous nous, alors que mes jambes s'écartaient sous les pulsions et le plaisir. J'en voulais plus, beaucoup plus. Habituellement, nos baises étaient discrètes, courtes. Et on faisait le tout en une seule et unique position, le classique, quoi. Aujourd'hui, je voulais qu'il expérimente. Aujourd'hui, je voulais qu'il aime le sexe. Et je voulais qu'il m'en redemande sans cesse. Je voulais qu'enfin, notre couple soit plus qu'une liaison magique, mentale, émotionnelle. Je voulais que notre relation soit également physique, et pas seulement pour faire des petits Santo tout mignons. Et pas seulement lorsque j'étais saoule et que je le forçais pratiquement. Mais non. J'avais jamais violé mon mari. Ben, pas vraiment. 


- Ka... Kaleb, haletais-je entre deux petits cris.


Rapidement, le plaisir grimpait en moi. Un plaisir comme je n'en avais jamais ressenti. J'allai l'agripper par le collet de sa tunique afin de le ramener vers moi. Je plongeai mes yeux pâles dans ses yeux de feuilles. Au lieu de délacer sa tunique et de la lui retirer, comme je le faisais habituellement, je déchirai le tout. Je baissai ses pantalons, jusqu'à la mi-cuisses, simplement pour avoir accès à son membre. Lorsque je le vis se tendre devant moi, je ne pus m'empêcher de le désirer encore plus. 


- Prends-moi par en arrière, lui susurrais-je au creux de l'oreille. 


Ah et puis merde ! Je le poussai brusquement, afin qu'il se retrouve sur le dos. Cette situation était très inhabituelle. Et comme son visage n'affichait aucune émotion, je ne savais pas ce qu'il en pensait. En fait, c'était son pantalon à peine baissé qui donnait une sensation de va-vite. Mais je m'en fichais. J'allai soudainement m'asseoir contre son membre plus qu'énorme, et je poussai un terrible cri alors qu'il entrait en moi. Littéralement, cette fois, c'était différent. Toutes les sensations étaient amplifiées. Je commençai à agiter le bassin afin de le sentir se mouvoir en moi. Il me fixait, ne sachant visiblement pas quoi faire dans cette position. Mes mains allèrent donc chercher les siennes afin de les poser contre mes hanches. Puis, il saisit son rôle.


- Par en arrière Kaleb, chuchotais-je après quelques minutes de gémissements dans cette position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaleb

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 20/04/2016

MessageSujet: Re: Une vie parfaite - Kaleb (reprise)   Jeu 12 Avr - 17:59

Vivre chez les humains était extrêmement différent que de vivre chez les Elfes. Nous n'exprimions pas nos émotions et tout acte avait une raison bien spécifique. Le sexe était pour nous reproduire, donc tout ce que les humains appellent «préliminaires» était interdit, voire même tabou. Le fait d'être marié avec Ada, je devais désapprendre ce que l'on m'a mit dans la tête depuis ma naissance. Je devais aussi apprendre à ne pas traiter ma femme comme inférieure, surtout puisque son rang était plus haut que le mien.


Comme je continuais à donner à ma femme caresses par-dessus caresses, je vis ses mains agripper le drap sous elle. Je ne l'avais jamais vu aussi excitée, ce qui m'encouragea à continuer mon manège. Je sentais ma propre excitation monter en moi, ce qui arrivait rarement. J'accélérai le rythme de ma langue contre son petit bouton de chair, alors que ses gémissements devenaient de plus en plus sonores.


- Ka... Kaleb, poussa-t-elle entre deux petits cris.


Je ne l'avais jamais vu aussi en transe. Ada se redressa et agrippa le collet de ma tunique, m'attirant contre elle. Nos regards fusionnèrent, l'espace d'une seconde, l'instant d'après, elle déchirait ma tunique. Sans me laisser le temps de comprendre ce qui se passait, Adalyne baissa mon pantalon à la mi-cuisse. Mon sexe était dressé vers elle. Je pouvais voir le désir émaner d'elle, mais elle commençait à me faire peur.


- Prends-moi par en arrière, ronronna Ada, à mon oreille.


Mon épouse, habituellement douce et aimante, me poussa contre le matelas, sur le dos. Mon visage prit une expression neutre, car j'essayais de comprendre et assimiler ce que mon humaine de femme voulait. Je n'aimais pas cette hâte, je n'aimais pas cette sensation d'agression. Mais comme j'allais exprimer cela, Ada s'assit violemment contre mon sexe, en poussant un grand cri. L'avais-je blessé? Ne me laissant pas interrompre le tout, elle commença un va et vien contre mon sexe, ce qui me donna un doux sentiment de bien-être. Ses mains prirent les miennes, pour les poser sur ses hanches. Je me laissai donc aller un peu et suivis son rythme avec mon bassin.


- Par en arrière Kaleb, m'ordonna tout bas mon épouse.


Non. Je secouai la tête. Je la voyais insister du regard. Je pouvais me plier à tant de choses pour elle, mais je ne le ferais pas. Je repoussai Ada violemment, mais en prenant soin de ne pas lui faire mal. Je sautai du lit et remis mon pantalon. Je croisai les bras contre moi, la regardant avec des éclairs dans les yeux. Je n'étais pas un gigolo, j'avais une fierté et jamais je ne m'abaisserais à cela. Elle était mère de famille et un Chevalier d'Émeraude, pas une putain!


- Non, dis-je fermement. Ça c'est non. Je ne sais pas ce que vous les humains trouvez à l'anus, mais je ne m'abaisserai pas à cela.


Je regrettai ce que je venais de dire, car je passais mes jours à souffler à Adalyne qu'elle n'était pas comme les humains. Qu'elle était parfaite. Je venais de cracher sur son peuple et mon peuple d'adoption. Je baissai la tête et tournai le dos à ma femme, avant de prendre ma tunique déchirée et la mettre en guise de veste.


- Je vais aller chercher Santo, on va retourner à la ferme, dis-je tout bas. Désolé...


Je mis la main sur la poignée, mais avant de la tourner, je vis la petite main de Adalyne se poser sur le bois de la porte. Je fermai les yeux. Je voulais être seul. Je ne voulais pas d'excuses, ni de critiques. Je voulais du silence.


- Laisse-moi aller, Ada, soufflai-je.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalyne

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: Une vie parfaite - Kaleb (reprise)   Lun 21 Mai - 13:54

Je ne comprenais pas ce qui se passait en moi en ce moment. Et je fus déçue de voir mon mari secouer négativement la tête. Étais-je si dégoûtante que cela ? Kaleb confirma cette pensée lorsqu'il me repoussa plus que fermement. Je fus surprise de sa violence, lui qui était si doux à l'habitude. Je recouvris mon corps nu de la couverture, le regardant enfiler un pantalon en vitesse. Mes pensées déferlaient à une vitesse vertigineuse dans ma tête. Premièrement, pourquoi lui avais-je demandé cela ? Ce genre de relation sexuelle ne m'avait jamais intéressée. Mais surtout, pourquoi mon époux semblait-il vouloir m'abandonner dans ma chambre plutôt que d'essayer de me comprendre. Nous étions excessivement différents, mais ça ne l'avait jamais empêché de rester à mes côtés, peu importe. Après tout, c'était le serment qu'il avait prêté devant les Dieux lors de notre mariage. Ses bras croisés contre sa poitrine, c'était de la colère et du dédain à mon égard que je voyais dans ses yeux. Je savais bien qu'être mariée à un Elfe avait ses désavantages, mais jamais je n'avais cru qu'il pourrait ainsi me regarder. 


- Non, dit-il d'un ton à glacer le sang dans mes veines. Ça c'est non. Je ne sais pas ce que vous les humains vous trouvez à l'anus, mais je ne m'abaisserai pas à cela. 


Je restai bouche bée devant ses paroles. Il venait clairement de dire que j'étais un être inférieur à lui. Jamais il n'avait tenu de discours semblable depuis notre vie commune. Je sentis les larmes me monter aux yeux bien malgré moi. Étant enceinte, j'avais d'étranges pulsions sexuelles en moi, ce n'était pas de ma faute ! Je ne savais pas comment se passaient les grossesses chez les elfes, mais chez les humains, il y avait un fort débalancement d'hormones. Et j'en étais pas à mon premier bébé, il le savait fort bien. Je le regardai enfiler son second vêtement, sans être capable de prononcer un seul mot. 


- Je vais aller chercher Santo, murmura-t-il d'un ton à peine audible. On va retourner à la ferme. Désolé... 


Je me saisis rapidement de ma tunique et l'enfilai, avant de me rendre jusqu'à la porte, à temps d'ailleurs. La main de mon époux se posa sur la poignée, alors que la mienne s'abattit contre la porte, l'empêchant de l'ouvrir. 


- Laisse-moi aller, Ada. 


Sa voix n'était qu'un souffle. Il semblait brisé. Je me mordis la lèvre inférieure, tentant de bien choisir mes mots. Mais les larmes coulant à flot contre mes joues ne m'aidaient pas. Je forçai donc Kaleb à se retourner vers moi, le coinçant ainsi entre la porte et moi. 


- Je ne voulais pas vraiment ça, réussis-je finalement à articuler. Les... Les hormones ont parlé pour moi, je suis désolée. Je suis désolée si ton épouse te dégoûte autant. 


Je le libérai alors, faisant quelques pas vers l'arrière avant de lui faire dos. Je croisai mes bras contre ma poitrine, éclatant en sanglots. Je me surpris à vouloir perdre ce bébé d'une fausse couche. Il semblait vouloir m'apporter que du malheur. Sentant que mon époux lisait mes pensées, je les lui bloquai aussitôt. 


- Si tu trouvais les humains si dégoûtants, pourquoi m'as-tu épousée ? demandais-je alors. 


Je poussai un puissant cri de rage, avant de frapper mon ventre légèrement arrondi de mes poings. Bien rapidement, deux mains vinrent se saisir des miennes. 


- JE NE VEUX PAS DE CE BÉBÉ ! criais-je. 


Je ne le pensais pas. Mais je l'avais tout de même dit. Je m'étais déjà attachée à ce petit être grandissant en moi, mais j'avais terriblement peur qu'il ne connaisse pas son père. Car j'avais la forte impression qu'il allait retourner vers son peuple. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaleb

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 20/04/2016

MessageSujet: Re: Une vie parfaite - Kaleb (reprise)   Dim 17 Juin - 15:45

J'en avais assez, ce n'était pas la première fois que Adalyne me pressait à la prendre par derrière... Ce qui me dégoûtait. J'étais son époux, son égal; pas son jouet sexuel. Lorsqu'elle faisait cela, je me rendais compte à quel point nous étions différents. Mais je respectais trop notre union, pour partir et je ne voulais pas que Santo grandisse loin de sa mère. Mais si ma femme ne respectait pas son union avec moi, je ne voyais plus d'autre choix que de partir avec Santo.



Adalyne me retourna vers elle, je vis des larmes couler contre ses joues, mon coeur se serra. Je n'aimais pas la voir pleurer. Je ne pouvais plus m'en aller, étant coincé entre la porte et mon épouse en pleurs. La situation tanguait dangereusement.



- Je voulais pas vraiment ça, dit Adalyne, au travers de ses sanglots. Les... Les hormones ont parlé pour moi, je suis désolée. Je suis désolée si ton épouse te dégoûte autant.



Et voilà, c'était le même manège, j'étais le méchant de l'histoire et elle, la pauvre victime. Adalyne ne me dégoûtait et ne me dégoûterait jamais, mais cette demande de la prendre par l'arrière, c'était cela qui me dégoûtait. Mon épouse finit par reculer de quelques pas, pour me tourner le dos. Je me branchai d'instinct à ses pensées. Je compris qu'elle se mettait à regretter l'arrivée de notre enfant. Se rendant compte de ma présence dans sa tête, Ada me bloqua l'accès à ses pensées.



- Si tu trouvais les humains si dégoûtants, pourquoi m'as-tu épousé? demanda-t-elle.



Je voulus rouler les yeux vers le ciel. Je n'eus pas le temps de lui répondre, que Adalyne poussa un cri sonore, avant de se mettre à frapper son ventre rond. Je me jetai vers elle, agrippant ses poings, afin de l'empêcher de se blesser. Si je l'avais trouvé dégoûtante, je ne lui aurais pas donné deux enfants!



- JE NE VEUX PAS DE CE BÉBÉ, hurla-t-elle.



C'était faux. Je la connaissais mieux qu'elle ne se connaissait elle-même. Je savais qu'elle aimait son fils et qu'elle aimerait son deuxième enfant aussi fort. Je la retournai vers moi, plantant mon regard feuille dans le sien. Mon regard sévère avait tout de même une lueur triste. Je gardais ses poings dans mes mains, afin qu'elle ne recommence pas à se frapper.



- C'est pas vrai, dis-je. Tu en veux de cet enfant et tu l'aime déjà autant que tu aime Santo.



Mon regard ne quittait pas le sien et ne le quitterait jusqu'à ce qu'elle se calme. Je lui lançai une vague d'amour, ce que je n'aurais jamais été capable de faire si je n'avais pas de profonds sentiments amoureux pour elle. Je pris un peignoir sur le lit et lui mis avant de l'attacher au devant. Chaque geste était empreint de mon amour.



- Je t'ai épousé parce que je suis profondément amoureux de toi, soufflai-je. Je ne trouve pas les humains dégoûtants, mais cette pratique sexuelle stupide oui. Je t'ai épousé parce que tu es mon égal et je suis le tien. Parce que les Dieux ont choisis de te mettre sur ma route.



La porte s'ouvrit derrière nous. Je me retournai vers cette dernière et vis le petit minois de mon fils.



- Maman?



Santo couru vers sa mère et lui sauta dans les bras, avant de serrer ses petits bras autour d'elle. Comme un petit chaton, mon fils se mit à frotter son petit nez contre celui de sa mère. Je ne pus m'empêcher de sourire. Voir ma famille ensemble était quelque chose d'émouvant pour moi.



- Je t'ai enseigné à cogner, Santo, le taquinai-je, en lui chatouillant la joue.



Le rire de notre petit résonna dans la chambre. L'air qui était lourd reprit sa légèreté. Je sentais ma femme plus calme. Je posai une main aimante sur son ventre, sentant un petit coup sous ma main. Je pouvais entendre Santo babiller sa journée à sa maman. J'étais heureux et ne quitterais jamais mon bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalyne

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: Une vie parfaite - Kaleb (reprise)   Dim 12 Aoû - 19:12

Tout me dégoûtait en ce moment. Même moi, je me dégoûtais. Je ne savais plus quoi penser de ma vie. L'avais-je réussie ? J'étais une guérisseuse, mais mon métier était de tuer. J'avais épousé mon âme soeur, mais ce dernier ne semblait pas réellement m'aimer. Même la vie de mon fils serait un échec, car il ne grandirait pas avec ses deux parents. Sans doute est-ce que j'exagérais en ce moment... Je détestais être enceinte. Les hormones amplifiaient absolument tout ce que je pensais. 


Mon mari me fit pivoter lentement vers lui, et je croisai son regard. Froid, comme à l'habitude. Mais bien loin, au fond de son iris, je pouvais détecter une pointe d'émotion. De la tristesse. Il n'aimait pas me voir ainsi... Je me mordis la lèvre inférieure, honteuse. 


« C'est pas vrai, me gronda mon époux. Tu en veux de cet enfant et tu l'aimes déjà autant que tu aimes Santo. »


Je gémis de douleur en écoutant ses paroles. Il avait raison. Et moi j'étais tellement stupide que j'avais frappé mon propre enfant en formation. Et si je l'avais blessé ? Et si par mon impulsivité, j'allais faire une fausse couche ? Je déglutis avec difficulté. Je fermai les yeux, lorsque je sentis la vague d'amour que Kaleb me prodiguait. Puis, il couvrit mon corps nu avec un peignoir accroché derrière la porte, le nouant autour de ma taille, avec une tendresse que je ne lui connaissais pas.


« Je t'ai épousée parce que je suis profondément amoureux de toi, assura alors mon mari, pour la première fois depuis que je le connaissais. Je ne trouve pas les humains dégoûtants, mais cette pratique sexuelle stupide oui. Je t'ai épousée parce que tu es mon égal et je suis le tien. Parce que les dieux ont choisi de te mettre sur ma route. »


Je n'eus pas le temps de répondre que la porte s'ouvrit derrière mon mari sur le petit visage angélique de mon fils. Ses yeux verts pétillaient de vie, alors que ses petites oreilles pointues dépassaient de sa chevelure aussi rousse que la mienne, mais avec des boucles beaucoup plus douces. À mes yeux, c'était le plus beau petit être du monde. 


« Maman? demanda-t-il de sa petite voix aiguë, ce qui fit fondre mon coeur. »


J'essuyai rapidement mes larmes, avant de me pencher pour recevoir mon fils qui courait en ma direction. Je me relevai et ne pus m'empêcher de sourire tandis qu'il frottait tout doucement son nez contre le mien. 


« Je t'ai enseigné à cogner, Santo, le gronda gentiment Kaleb. »


Le rire cristallin de mon fils m'écorcha les oreilles, mais je m'en fichais. Il était absolument toute ma vie. La main de mon époux se posa contre mon ventre, qui n'avait pas encore commencé à grossir. Mais bien rapidement, il m'empêcherait d'accompagner mes frères et soeurs d'armes au combat, même en tant que simple guérisseuse. De toute façon, mes pouvoirs finiraient par me lâcher quelques temps. 


« J'ai vu des formes dans le sable maman ! Maître Flora les faisait bouger ! J'ai pas été capable de le faire, mais mon ami Roman lui il a été capable ! me dit Santo, les yeux brillants d'excitation. Toi maman, est-ce que tu sais faire ça ? »


Je lui souris, avant de hocher la tête positivement. Je le serrai fortement contre mon coeur, comme s'il était la seule chose que je possédais en ce monde. Dis-moi que je n'ai pas heurté notre bébé ? demandais-je à mon mari par la pensée. 


« Quel bébé? demanda alors mon fils. »


Je fronçai les sourcils. Non seulement il n'était pas encore capable de communiquer par la pensée, mais en plus j'avais adressé ma question uniquement à Kaleb. 


« Tu vas avoir un petit frère ou une petite soeur, répondis-je avec douceur.


- Ça veut dire quoi heurter ?


- Ça veut dire faire du mal... dis-je, hésitante. 


- Pourquoi tu as fait mal à mon frère ou ma soeur ? demanda Santo. »


Je jetai un regard implorant à mon mari. En tant que Chevalier d'Émeraude je ne pouvais jamais mentir, et je ne souhaitais pas mentir à mon fils. Par contre, il y avait certaines choses parfois que les enfants étaient mieux d'ignorer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une vie parfaite - Kaleb (reprise)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une vie parfaite - Kaleb (reprise)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne reprise pour les pauvres écoliers...
» i need dollars! - ft Kaleb
» Si la vie était parfaite, le bonheur n'existerait pas ... Tahanie ✞ {Finie}
» Je ne veut pas d'une vie parfaite, je veut une vie heureuse
» Ryu Tae Oh ♨« Je ne veux pas d'une vie parfaite, je veux une vie heureuse. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Enkidiev :: Royaume d'Émeraude :: Château :: Ailes des chevaliers-
Sauter vers: